acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondePerspective & Politique

Quel dialogue? Avec qui?

Le pari de Joseph Lambert est perdu d’avance. Le vent souffle vers un scénario de clash. En jouant la carte de la menace, Jovenel crée les conditions d’un nouveau face-à-face que ni lui, ni ses alliés ne sauraient éviter.

Dans certains scénarios, la situation pourrait rapidement sombrer dans un chaos complet. C’est ce que Jovenel Moïse, adepte de la théorie du chaos organisé, souhaite. En effet, alors que plusieurs branches de l’opposition haïtienne et une partie de la société civile ont paraphé le samedi 30 janvier un protocole d’accord pour la gestion de la transition, Joseph Lambert, après deux semaines de rencontres préparatoires avec les différents secteurs de la vie nationale et certains partenaires internationaux, a lancé «Le grand dialogue National». Le Président de la Chambre haute, le Sénateur Joseph Lambert, a dit que: «sous les auspices du Sénat, se tiendront à Taras La Sapinière, deux journées de discussion (3 et 4 février 2021), entre les protagonistes de la crise politique actuelle».

Après les observations de la société civile, le pouvoir et l’opposition exprimeront tour à tour leur position sur l’état de la Constitution, la nécessité du retour à l’ordre Constitutionnel par des élections et les mécanismes à mettre en œuvre pour une meilleure gouvernance dans un climat politique apaisé. À l’issue des échanges, un accord global sera signé pour tenter de «juguler le chaos imminent et stabiliser le pays» a écrit une note du Bureau du Sénat. Le Sénateur Lambert «Convaincu de la capacité des acteurs de la vie nationale à trouver un accord sur leurs désaccords, pour le bien des générations présentes et futures, invite tous les Haïtiens à un dépassement de soi pour sauver Haïti, le seul bien commun que nos aïeux nous ont légué.»

Par ailleurs, la Direction Politique de l’Opposition Démocratique a signé un document autour de la transition. Le document prévoit la mise en place d’une commission de 15 membres qui aura à designer le prochain président, le premier ministre et les membres du gouvernement. Une structure de contrôle sera également mise en place, selon les explications de Danio Siriac, de l’OPL. «Organiser la conférence nationale, rétablir l’autorité de l’État, reformer la Constitution et réaliser les élections: ce sont les principales missions de la transition», a révélé le représentant de l’OPL au sein de la Direction Politique de l’Opposition Démocratique.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button