acceuilActualitéCoup d’oeil sur le monde

Qui a les coudées franches? Jovenel ou l’Opposition?

Lors d’un point de presse, le samedi 16 janvier 2021, l’opposition démocratique a fait un bilan de la manifestation du vendredi 15 janvier 2021. Les responsables du Secteur Démocratique et Populaire se disent satisfaits de la journée de mobilisation contre le pouvoir, réalisée dans diverses villes du pays, le 15 janvier. «Il s’agit d’une réussite totale. Je félicite la population qui a foulé le macadam, à travers les dix départements géographiques du pays, en vue d’exiger le respect de la Constitution», a dit le porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire, Me André Michel. Cependant, Me André Michel a critiqué des cas où la police avait affiché un comportement violent. Il a dénoncé l’attitude de certains policiers qui ont malmené les manifestants et fait également un usage abusif de gaz lacrymogènes, pour disperser la manifestation qui se déroulait dans le respect des normes.

Josué Mérilien, pour sa part, a fait savoir que la mobilisation va se poursuivre jusqu’au 7 févier 2021. «Le 19 janvier, il y aura une conférence-débat sur la transition de rupture à la Faculté des Sciences Humaines, à l’Avenue Christophe. Le 20, nous allons nous rendre devant l’Ambassade des États-Unis d’Amérique pour demander à la nouvelle Administration américaine de prendre ses distances avec l’Administration en place, en Haïti. Le 21 janvier, nous serons dans Les Nippes», a déclaré Josué Mérilien.

De leur côté, les anciens parlementaires Nenel Cassy et John Joël Joseph s’en prennent au Directeur Général a. i. de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles, qui, à travers une note, a interdit aux manifestants, l’accès au Boulevard Toussaint Louverture, arguant qu’il s’agit d’une route internationale, menant à l’Aéroport International Toussaint Louverture de Port-au-Prince. Rejetant la note, ils invitent la population à fouler le macadam le 20 janvier prochain, en vue de faire respecter la Constitution Haïtienne.

À rappeler que le Secteur Démocratique et Populaire annonce qu’il se rendra devant l’Ambassade des États-Unis d’Amérique à Tabarre, le 20 janvier prochain, munis de pancartes, contenant des slogans hostiles à Jovenel Moïse et au régime tèt kale au pouvoir.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté en Haïti, ces derniers jours, pour exiger le respect de la Constitution par Jovenel Moïse. À l’initiative de l’opposition politique, des milliers de manifestants ont gagné les rues dans diverses villes du pays. Le vendredi 15 janvier 2021, une série de manifestations ont eu lieu, dans les rues de la capitale, Port-au-Prince, et de plusieurs villes de provinces, pour continuer d’exiger le départ du président Jovenel Moïse, dont le mandat constitutionnel arrive à terme le 7 février 2021. Dans la capitale, Port-au-Prince, les manifestantes et manifestants se sont rassemblés en différents endroits, dont le Champ-de-Mars (principale place publique dans la capitale). Ils se sont fusionnés au carrefour des routes de l’aéroport international de Port-au-Prince et de Delmas, baptisé «carrefour Résistance», depuis les mobilisations populaires, en 2019, contre le régime tèt kale au pouvoir. Parvenus à Delmas 32, les manifestantes et manifestants ont été bloqués par un barrage de la Police nationale d’Haïti (PNH), dont 2 véhicules mis de travers, sur la route de Delmas, ont empêché la progression des protestataires vers le haut de Delmas, en direction de Pétion-Ville (à l’Est de Port-au-Prince). «Il n’y aura pas de prolongation de mandat de Jovenel Moïse, le 7 février 2021. Nous allons entrer en rébellion contre le régime tèt kale au pouvoir», ont, notamment, averti les protestataires aux Gonaïves et à Saint-Marc.

Ce vendredi 15 janvier 2021, des mobilisations ont également eu lieu dans les villes de province comme les Cayes (Sud), Jacmel (Sud-Est), Miragoâne (Nippes), Gonaïves et Saint-Marc (Artibonite), Petit-Goâve (Ouest), Mirebalais et Hinche (Plateau Central), fait savoir Michel André, porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire, qui prenait part à la mobilisation de Port-au-Prince. Les mobilisations du 15 janvier 2021, à Port-au-Prince et dans différentes villes en provinces, constituent des mises en train, le coup d’envoi d’une série de manifestations et d’activités de résistance contre le régime actuel, souligne l’opposition qui continue d’appeler Jovenel Moïse à respecter la Constitution.

L’opposition politique projette, du 20 au 31 janvier 2021, une deuxième phase dans les mobilisations antigouvernementales, pour aboutir au départ de Jovenel Moïse et à la mise en place d’une transition de rupture, à partir du 7 février 2021 en Haïti.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button