acceuilActualitésciences et santé

Enfin un accord entre l’État haïtien et l’hôpital Bernard Mevs, pour les policiers

L’État haïtien, par le biais de son gouvernement, et les responsables de l’hôpital Bernard Mevs ont paraphé un protocole d’accord, le lundi 19 octobre, permettant aux policiers et à quatre de leurs dépendants désignés, de se faire soigner à cet hôpital aux frais de l’État. La cérémonie de signature du protocole s’est déroulée en présence du Premier ministre Joseph Jouthe, du ministre de la Justice, Rockfeller Vincent, du directeur général de la PNH, Rameau Normil, des frères Bitar, responsables de cet hôpital.

Le président du Conseil Supérieur de la Police Nationale, le Premier ministre Joseph Jouthe, a tenu à rappeler l’importance de ce protocole d’accord en faveur des policiers. «Nos policiers se trouvent en première ligne pour garantir la sécurité des vies et des biens, la sûreté des institutions, l’ordre et la paix publics. Ils sont sur tous les fronts dans la lutte contre la criminalité, la délinquance, l’incivilité qui rongent notre société. Ils facilitent l’exercice de nos droits fondamentaux comme: vivre, circuler, travailler, dormir, en toute tranquillité, etc. Ils sont en conséquence les premiers agents de l’État, exposés à toutes sortes de dangers et à faire l’abnégation de leur personne et de leur famille pour nous protéger et servir. Le risque d’être victimes d’accidents de travail est le plus élevé chez eux, avec en sus des menaces constantes sur leur intégrité physique. Ce qui amène l’État, en conséquence, à prendre en compte cet état de fait et (à) leur offrir, tout au moins, le minimum décent de conditions de travail et de vie », a fait savoir le chef du gouvernement. « Conscient de cela, et compte tenu de la faiblesse de notre système sanitaire, le gouvernement a décidé de signer cet accord avec l’hôpital Bernard Mevs qui dispose de la capacité à répondre, entre autres, aux soins d’urgence que nécessitent les traumas auxquels s’exposent assez souvent nos policiers, s’est justifié le PM, tout en reconnaissant les limites de cette démarche, du fait que l’hôpital Bernard Mevs se situe à Port-au-Prince.

Pour sa part, selon le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Rockfeller Vincent, la signature de ce protocole d’accord est l’aboutissement de la volonté politique du gouvernement d’offrir son soutien complet à l’institution républicaine qu’est la Police Nationale d’Haïti. «Cette cérémonie témoigne de notre volonté de mieux protéger nos policiers contre les aléas de la vie, surtout dans l’exercice d’une mission sacerdotale et particulièrement difficile», a-t-il fait savoir, revenant sur les différentes discussions ayant abouti à la conclusion de cet accord.

Il est tout de même bon de rappeler que, selon les autorités, cette offre de santé ne s’adresse pas uniquement aux policiers mais bénéficie également à quatre dépendants directs de chaque policier que celui-ci devra désigner, suivant les conditions fixées. Aussi, faudra-t-il souligner que cet accord avec l’hôpital Bernard Mevs ne remplacera pas l’assurance OFATMA qui continuera d’exister également pour les policiers, mais apportera un plus, en faveur des policiers, afin de suppléer à un manquement important, en réponse aux risques énormes qu’ils encourent tous les jours dans leur travail.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button