Site icon Latest News, Breaking News, National News, World News, Haiti News – Journal Haiti Progres

Les pétroliers approvisionnent le marché noir

Face à la crise du carburant qui persiste en Haïti et qui a de lourdes conséquences sur les consommateurs et l’économie, l’État a adopté tout un train de mesures, de manière à résoudre, une fois pour toutes, ce problème, en s’attaquant particulièrement aux détournements dans la chaîne de distribution des produits pétroliers. Désormais, les données relatives aux camions-citernes, tels, leur plaque d’immatriculation, les produits qu’ils transportent ainsi que leur point de livraison seront recueillies pour le compte du ministère du Commerce et de l’Industrie, depuis les services douaniers, installés dans les terminaux.

Par ailleurs, des instructions claires et précises ont été passées par le Ministère de la Justice et le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), respectivement au Commissaire du Gouvernement et aux Juges de Paix, afin de sévir avec rigueur contre tous ceux et celles qui s’adonnent à la vente des produits pétroliers sur des marchés parallèles.

De plus, l’État, en accord avec les compagnies pétrolières, a également pris la décision d’augmenter le volume des commandes des produits pétroliers au-dessus de la barre actuelle des 67%, afin d’alimenter le marché et éviter toute pénurie à l’avenir.

Considérant que l’essence est un produit stratégique, Ricardin Saint-Jean Dorcin, le ministre du Commerce et de l’Industrie, invite tous les secteurs vitaux d’Haïti, les syndicats, la société civile, à faire front commun, aux côtés des autorités étatiques, afin de mettre un terme définitif à cette crise de carburant.

Du 1er août à aujourd’hui, les terminaux de Varreux et de Thor ont reçu 63% des 667 000 barils nécessaires à Haïti en moyenne chaque mois. Toutefois, selon David Turnier, Président de l’Association Nationale des Produits Pétroliers (ANADIPP), les stations d’essence continuent de recevoir seulement près de 20 % du volume mensuel habituel (la différence approvisionne le marché noir…).

En outre, le secrétariat technique du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), dans une circulaire parue le mercredi 31 août, exhorte les juges de Paix des tribunaux de la République à prendre toutes les dispositions afin de freiner la spéculation illicite des produits pétroliers, conformément à la loi du 20 décembre 1946 sur le marché noir ou la spéculation illicite.

D’autre part, le Terminal de Varreux a communiqué les chiffres ayant rapport au chargement des produits pétroliers dans le centre de stockage de WINECO. Pour les journées du mercredi 31 août et jeudi 1er septembre, 149 camions-citernes ont été chargés, d’après les informations rendues disponibles par le Terminal de Varreux. En effet, 85 camions-citernes ont été chargés pour la journée du 31 août 2022. 264 051 gallons de diesel, 22 950 gallons de kérosène et 350 792 gallons de gazoline ont été chargés au centre de stockage. Pour la journée du 1er septembre, 64 camions-citernes ont été chargés. 212 755 gallons de diesel, 6 000 gallons de kérosène et 245 770 gallons de gazoline ont été chargés au Terminal de Varreux.

Malgré les chiffres publiés par le Terminal de Varreux, la pénurie de carburant persiste à travers le pays. La rareté mais aussi le prix exagéré du carburant complique le quotidien des consommateurs sur le marché informel. De nombreuses stations-services sont fermées. Dans d’autres, il faut faire la queue pour espérer s’approvisionner en carburant. Parallèlement, seul le marché informel est bien alimenté en produits pétroliers avec un prix exorbitant et parfois avec le risque d’acheter du carburant mélangé avec d’autres substances. Le prix d’un gallon d’essence varie entre 1 250 et 1 500 gourdes sur le marché informel. Par ailleurs, certains revendeurs ont trafiqué le carburant en le mélangeant avec d’autres substances, ont déclaré des consommateurs à Juno7.

Emmanuel Saintus

Exit mobile version