acceuilActualitéEducation & Développement

Vers des changements significatifs dans le système éducatif haïtien

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a organisé, du mercredi 3 au vendredi 5 août, à Pétion-Ville, le forum national sur la transformation de l’éducation haïtienne. Ce forum a permis de faire l’état des lieux du système éducatif haïtien, en prélude au Sommet sur la transformation de l’éducation qui sera organisé par l’UNESCO à New-York, au mois de septembre. Des acteurs, venus d’horizons divers, ont assisté à ce forum national sur la transformation de l’éducation haïtienne. Des représentants des agences onusiennes y ont pris part également. Plusieurs points ont été débattus lors de ce forum de trois jours qui avait pour objectif, notamment, de faire l’état des lieux de l’environnement scolaire dans le pays, d’échanger sur l’inclusion en milieu scolaire, avec un focus sur les personnes en situation de handicap et les PPVIH, et identifier les acquis, les progrès à consolider et les défis.

Par ailleurs, en vue de finaliser le choix des thématiques d’éducation financière dans les différents niveaux d’enseignement, d’élaborer le programme éducatif de l’éducation financière et d’établir la cartographie des disciplines susceptibles d’accueillir les notions d’éducation financière, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a organisé, de concert avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) et d’autres acteurs, un atelier national au Cap-Haïtien, du 25 au 28 juillet 2022.

C’est le deuxième atelier national, organisé par la BRH, dans le cadre du projet relatif à l’intégration des concepts d’éducation sociale et financière, dans l’enseignement fondamental en Haïti. Une trentaine de personnes y ont participé sous le vocable: «Atelier national de finalisation des thèmes et de conception des outils pour l’intégration de l’éducation sociale et financière dans les curricula d’enseignement.»

«Ce deuxième atelier fait suite aux discussions du premier qui a pour mission de finaliser la liste des concepts et outils qui seront intégrés dans les curricula de l’enseignement fondamental», a déclaré le gouverneur, Jean Baden Dubois, dans son allocution prononcée lors de la clôture dudit atelier. Le numéro un de la banque centrale a fait savoir qu’il s’agit d’une tâche immense qui s’apparente à la conception d’un plan de construction d’une cathédrale ou même d’un pays.

D’autre part, La Banque Interaméricaine de Développement (BID) et la Fondation Education Above All (EAA) ont signé un accord pour formaliser leurs efforts conjoints, cherchant à soutenir et à améliorer l’accès à l’éducation primaire de qualité en Haïti. Les deux partenaires ciblent, tout spécialement, les enfants non scolarisés (ENS) et les élèves ayant un fort risque de décrocher.

Une contribution de 2,95 millions de dollars US de l’EAA et du Qatar Fund for Development financera des dispenses de frais de scolarité. Cela permettra d’élargir l’accès à l’école primaire, soit en retenant soit en inscrivant 12 000 nouveaux ENS, au cours des deux prochaines années. La BID et l’EAA, par le biais de son programme Educate A Child (EAC), se focalisent en particulier sur la partie sud d’Haïti, qui a été la plus durement touchée par le tremblement de terre d’août 2021. Le projet sera mis en œuvre par le Ministère de l’Éducation et du Développement Professionnel d’Haïti, à travers l’Unité de Coordination de Projet.

Mauricio-Claver Carone, Président de la BID s’est exprimé sur le sujet : «Ce projet représente une étape remarquable dans notre partenariat avec la Fondation Education Above All et une plate-forme importante pour l’appui aux enfants et familles en Haïti. Cela reflète notre engagement envers la protection du droit des enfants à accéder à une éducation primaire de qualité, ainsi qu’à forger des partenariats qui font appel à l’expertise et l’innovation de partenaires essentiels comme l’AEE.»

Entre temps, des syndicats d’enseignants, de parents et des transporteurs alertent sur l’impossibilité de réaliser la rentrée scolaire, le 5 septembre arguant de la crise économique liée à la hausse du taux de change de la gourde et de la pénurie de carburant. En dépit de tout, le ministère de l’Éducation confirme le premier lundi de septembre comme date officielle pour la rentrée des classes. On notera que l’un des projets prioritaires, le livre scolaire unique, n’a pas été concrétisé. Néanmoins, dans les médias et les réseaux sociaux, le ministère assure que l’ouvrage sera disponible en septembre.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button