acceuilActualitéEconomie & Finances

La distribution de carburants à Varreux n’efface pas la rareté

La situation est encore très tendue à Cité-Soleil où les gangs armés sont en guerre depuis une semaine. Le terminal de carburants de Varreux, qui a dû interrompre les opérations de chargement des camions-citernes, a repris ses activités timidement le jeudi 14 juillet. 41 camions-citernes ont quitté le terminal, au complet.

La gazoline se vend jusqu’à 1500 gourdes le gallon, tandis que le même produit n’est pas disponible dans les stations de service. La pénurie de produits pétroliers a été prolongée, encore cette semaine, en raison de la guerre des gangs à Cité-Soleil, non loin d’un terminal pétrolier. Il devient impossible pour les stations de service d’obtenir leurs fournitures.

Les chauffeurs de taxi-moto, très affectés par la rareté du carburant, ont protesté dans les rues contre la rareté. «Cette pénurie est causée par les propriétaires des stations de service, avec la complicité du gouvernement. Le ministère du Commerce est trop complaisant. Nous voulons augmenter le prix de l’essence. Cette rareté artificielle est une stratégie pour y parvenir», a protesté Léonard, à côté d’une barricade à Bourdon.

Des incendies sporadiques sont enregistrés dans la région de Varreux où se trouve le plus grand terminal pétrolier du pays. Depuis le vendredi 8 juillet, la ville de Cité-Soleil a été le théâtre d’une véritable guerre entre des gangs rivaux qui ont paralysé des activités au terminal de Varreux.

Les camions-citernes n’étaient pas en ravitaillement, en raison de la situation de tension dans la région. Le terminal a dû arrêter ses activités auparavant. «Nous avons fermé plus tôt ce jeudi (14 juillet) car il n’y avait plus de pétroliers à remplir sur le site. Il y a des craintes parmi les conducteurs, en raison de la situation dans la région», a déclaré un directeur du terminal.

«Nous recevons actuellement 85 000 barils de diesel. Une autre cargaison de 68 000 barils de diesel et de 125 000 barils de gazoline arrive également dans le pays le jeudi 14», a déclaré le gestionnaire du terminal de Varreux.

Après une journée de tension et de protestation contre la pénurie de carburant, le mercredi 13 juillet à Port -au-Prince et dans les régions voisines, il y a eu un calme apparent dans la plupart des rues, toujours jonchées de débris de barricades. Certaines stations de service sont toujours fermées, les transports publics et les activités économiques fonctionnent au ralenti, en raison de la pénurie de carburant sur le marché.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button