acceuilActualitéCulture & Société

Harcèlement sexuel – ONU : Les plaintes d’abus sexuels rejetées beaucoup trop tôt – lanceuse d’alerte

Sarah Bell et Sima Kotecha

Le traitement des lanceurs d’alerte aux Nations unies devrait être examiné par un groupe externe, a déclaré l’ancienne porte-parole de l’organisation en matière de harcèlement sexuel.

Les commentaires de Purna Sen font suite à une enquête de la BBC qui a révélé le licenciement d’un certain nombre de membres du personnel de l’ONU ayant tenté de dénoncer des actes répréhensibles.

Mme Sen a déclaré que l’ONU devait «faire un pas en avant» et adopter toutes les suggestions faites par un groupe d’experts.

L’ONU a déclaré qu’elle s’engageait à protéger les «lanceurs d’alerte de bonne foi» et à demander des comptes à son personnel.

Le documentaire de la BBC, The Whistlebowers : Inside the UN, présente les témoignages de membres du personnel qui ont tenté de dénoncer des allégations, notamment de fraude et d’abus sexuels. Tous disent avoir été pénalisés après avoir parlé, et certains ont été licenciés.

Dans le film, Mme Sen – qui a été nommée porte-parole pour les questions de harcèlement, d’agression et de discrimination en 2018 – affirme qu’il y a des femmes à l’ONU qui ont été «abordées, accostées et violées».

Plus les hommes sont autorisés à s’en tirer, a-t-elle dit, «plus ils continueront à le faire».

Elle a déclaré à BBC Newsnight qu’elle n’était pas surprise par ces témoignages «profondément choquants».

«Ils suggèrent que, parfois, la protection des personnes haut placées au sein d’une organisation importe plus que l’absence de préjudice pour les personnes qui ne sont pas puissantes.

Cela signifie qu’il existe une réelle tension au sein d’une organisation qui non seulement défend les droits de l’homme, mais qui est aussi le berceau de la plupart de ces droits, et qui n’a pas encore appris à les faire respecter par ses employés».

Mme Sen déclare qu’elle souhaite que le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, nomme un panel externe diversifié pour examiner les expériences du personnel et recommander une série d’actions ciblées.

Dans un communiqué, le bureau de M. Guterres a déclaré qu’il restait ouvert à tout examen externe de ses efforts «pour lutter contre les comportements répréhensibles de toute nature».

L’immunité diplomatique

Les Nations unies bénéficient d’un statut juridique protégé et les hauts fonctionnaires jouissent de l’immunité diplomatique vis-à-vis de toutes les lois nationales.

Cette immunité est accordée à l’organisation pour la protéger de toute interférence dans l’accomplissement de son travail. Mais les Nations unies affirment que cette immunité n’est pas octroyée pour le bénéfice personnel des membres du personnel et qu’elle ne protège donc pas les auteurs de crimes tels que les agressions sexuelles.

Toutes les plaintes du personnel doivent être traitées en interne. Le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) traite les allégations les plus graves, y compris les allégations de criminalité, mais n’a aucune autorité juridique.

La BBC a reçu un enregistrement secret qui suggère que le BSCI n’est pas toujours efficace.

On y voit Ben Swanson, directeur de la division des enquêtes, s’adresser à une réunion du personnel.

Il raconte qu’une femme cadre de l’ONU est venue le voir en larmes, décrivant comment un secrétaire général adjoint avait mis la main sur son pantalon.

L’ONU compte un certain nombre de secrétaires généraux adjoints.

Dans l’enregistrement, M. Swanson déclare avoir parlé au secrétaire général et à d’autres hauts fonctionnaires de l’allégation d’agression sexuelle, mais avoir été rapidement mis à l’écart.

«J’ai donc essayé de raconter cette histoire et j’ai été… J’ai été coupé net», peut-on l’entendre dire.

Il ajoute qu’on a découragé la femme de signaler l’agression présumée et qu’on lui a dit que cela ne servirait à rien de parler puisque l’homme en question était un «fils privilégié».

Peter Gallo – le lanceur d’alerte qui a partagé l’enregistrement audio – a déclaré au documentaire : «J’ai passé quatre ans comme enquêteur au siège de l’ONU à New York. Et à la suite de cette expérience, je pense que l’organisation est gangrenée par la corruption de la base au sommet.»

Après avoir entendu son récit, Mme Sen a déclaré : «Pourquoi le secrétaire général ne dit-il pas : ‘C’est scandaleux, que faisons-nous à ce sujet ?’. Ma politique de tolérance zéro signifie que nous devons agir’. Au lieu de cela, on nous dit ‘Non, nous n’irons pas là-bas’».

Le bureau du secrétaire général de l’ONU affirme qu’il reste déterminé à «sanctionner tout membre du personnel, junior ou senior, reconnu coupable de harcèlement sexuel».

Sordide

Martina Bostrom, ancienne conseillère principale pour l’ONUSIDA, déclare à la BBC qu’elle a également été victime de harcèlement sexuel au travail.

«Les abus, l’exploitation et le harcèlement sexuels à l’ONU se produisent au siège, ils se produisent du lundi au vendredi. Cela se produit pendant les heures de travail normales, cela se produit partout», déclare-t-elle.

Elle a dit avoir été ciblée par Luiz Loures, directeur exécutif adjoint de l’ONUSIDA et secrétaire général adjoint, qu’elle a décrit comme étant «sordide» et connu pour son comportement inapproprié.

Lors d’un événement professionnel à Bangkok en 2015, elle a déclaré qu’il l’avait embrassée de force et tripotée dans un ascenseur alors qu’ils quittaient une réunion, avant d’essayer de la traîner vers sa chambre.

«Je l’ai supplié d’arrêter, de me laisser partir. J’ai dû me bloquer avec la porte de l’ascenseur pour pouvoir rester à l’intérieur parce que j’avais peur de voir ce long couloir», dit-elle. «Mon cerveau travaillait évidemment très, très, rapidement et redoutait ce qui pouvait arriver».

Martina a déposé une plainte officielle et a parlé aux enquêteurs de l’ONU. Les Nations unies et l’ONUSIDA «ont exercé des représailles de manière très méchante et blessante», déclare-t-elle.

«C’est très douloureux parce que c’est presque comme si on était violé une fois de plus. C’est comme s’ils ne vous laissaient pas une chance de respirer.»

En 2018, Luiz Loures a pris sa retraite de l’ONU et a été remercié pour «ses 22 années de service dévoué». Il a déclaré à la BBC : «Je n’ai jamais harcelé ni agressé qui que ce soit. Les accusations portées sont sans fondement.»

L’ONU a déclaré : «Les allégations de harcèlement contre le Dr Loures ont fait l’objet d’une enquête», mais à ce moment-là, elle n’était «pas en mesure de commenter la véracité de ces allégations».

En août 2021, Martina a reçu une lettre de l’ONU reconnaissant qu’elle avait été «harcelée sexuellement pendant une période prolongée» mais, en ce qui concerne l’allégation d’agression sexuelle en 2015, elle a conclu que «quelque chose de traumatisant vous est arrivé, conformément à votre récit de la situation», mais que les conclusions «ne répondaient pas aux normes de preuve».

Tolérance zéro

Mme Sen a déclaré que le cas de Martina était symptomatique d’un problème plus large à l’ONU.

Elle a indiqué dans le documentaire qu’un tiers «étonnant» du personnel de l’ONU a déclaré avoir été victime de harcèlement sexuel dans le cadre de son travail, mais que la grande majorité des cas n’ont pas été signalés.

«Ce que nous savons de ces cas n’est que la partie émergée de l’iceberg et, c’est un point très important, les gens ont l’impression qu’ils subiront des conséquences négatives s’ils les signalent, qu’ils seront victimes de représailles.

«Si j’avais été attaquée ou agressée sexuellement, je ne l’aurais probablement pas signalé. Je ne me soumettrais pas à ce processus».

Dans une déclaration, le bureau du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré que des «améliorations majeures avaient été apportées à la lutte contre le fléau du harcèlement sexuel, dont aucune organisation n’est à l’abri».

Parmi les mesures prises, citons l’embauche d’enquêtrices chargées d’examiner les allégations, la mise en place d’une ligne d’assistance téléphonique permettant au personnel de signaler les cas d’inconduite et une meilleure formation des cadres supérieurs.

Mais, s’adressant à BBC Newsnight, Mme Sen a déclaré que les comptes rendus du documentaire suggéraient que l’ONU n’avait pas tenu ses promesses de tolérance zéro et qu’il lui restait «beaucoup à faire».

«Qu’il s’agisse de corruption, de fraude ou de harcèlement sexuel, [le personnel de l’ONU] a le sentiment qu’il ne peut même pas aller jusqu’à faire un rapport, que les plaintes sont rejetées beaucoup trop tôt. Ils ne bénéficient pas de procédures alternatives et d’accès aux recours», a-t-elle déclaré.

«Les Nations unies ont certainement remédié à certaines des grandes défaillances qu’elles avaient auparavant, mais elles ne sont pas allées assez loin. J’ai vu des choses très troublantes – qui peuvent et doivent être traitées de toute urgence, pas seulement en paroles, mais en actes.»

https://www.bbc.com/afrique/monde

21 juin 2022

1. Purna Sen : «Pourquoi le secrétaire général ne dit pas : C’est scandaleux, que faisons-nous ?» (BBC)

2. Siège de l’ONU à New York, 2021 (GETTY IMAGES)

3. «Je pense que l’organisation est gangrenée par la corruption de la base au sommet», déclare Peter Gallo. (BBC)

4. Martina Brostrom : «Je l’ai supplié d’arrêter, de me laisser partir». (BBC)

5. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU (REUTERS)

Articles Similaires

Back to top button