acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

La terreur des membres du gang de Vitelhomme

Les habitants de Pernier font tout leur possible, le lundi 16 mai, pour quitter la zone. La zone de Pernier, commune de Pétion-Ville, vit actuellement une situation de tension. Depuis le dimanche 15 mai au soir, des hommes armés, conduits par Vitelhomme Innocent, ont pris le contrôle de ce territoire, selon les éclaircissements fournis par des riverains. Les actes de représailles de ces individus armés se poursuivent, des maisons ont été incendiées par ces malfrats, selon une habitante de la zone. «Li te 9 è nan aswè, lè kòmanse gen tire a. Yo tire, yo boule kay, yo boule biznis moun (…) Mwen tande yo di y ap retounen ankò, yo bay ultimatòm pou moun kite zòn lan», a expliqué un résident qui s’apprête à quitter la zone, sous la menace des bandits armés.

«Ce matin, des détonations ont été entendues. Les habitants de Pernier 40, à proximité du sous-commissariat, jusqu’au niveau de l’église Fatima, sont obligés de laisser la zone», a poursuivi le résident qui a également démenti les informations laissant croire que l’église catholique de Fatima a été incendiée par ces individus armés. Toutes les activités sont paralysées depuis lundi matin, dans la zone. La rue est clairsemée, les portes des établissements scolaires sont restées fermées, le transport en commun a chômé au niveau de la zone. Cette situation est survenue deux jours après que la PNH a mené une importante opération à Pernier. Au cours de cette opération visant à traquer le nommé Vitelhomme Innocent et ses acolytes, l’institution policière dit avoir mis hors d’état de nuire une dizaine de bandits et récupéré quatre véhicules. Aucun mort ni blessé n’a été enregistré dans le camp de la Police.

En plus, le Directeur général a. i. de la Police Nationale d’Haïti, Frantz Elbé, a présenté, lors d’une conférence de presse le lundi 9 mai 2022, le bilan de ses six premiers mois à la tête de l’institution policière. À l’occasion, M. Elbé était accompagné du haut commandement de la police dans son intégralité. Ainsi, d’octobre 2021 à avril 2022, sous le commandement de Frantz Elbé, la PNH a réalisé de multiples opérations sur le territoire, ayant conduit ainsi à pas moins de 4998 arrestations pour kidnapping, assassinat, détention illégale d’armes à feu, entre autres. La PNH a saisi 234 armes à feu mais aussi 658 kilos de marijuana et 25 kilos de cocaïne. Elle a également récupéré 21 véhicules ainsi que plusieurs motocyclettes, selon le D. G., Frantz Elbé. Par ailleurs, 94 bandits ont été blessés mortellement lors de ces opérations. La PNH a également saisi 78 520 dollars américains ainsi que 34 220 575 gourdes. «Toutes ces opérations ont permis une baisse considérable des cas de kidnapping dans le pays durant le mois d’avril», a dit Frantz Elbé. Parallèlement, le D. G. Frantz Elbé indique que l’institution policière fait également l’objet d’un assainissement. Grâce à un rapport d’enquête réalisé par une commission mise en place à cet effet, la police a renvoyé 5622 chèques au Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) pour un total de 108 998 183 gourdes. Ce rapport a permis aussi de retourner 1313 cartes de débit, totalisant 158 millions 310 mille gourdes. «Ces mesures permettent à l’institution de s’engager à augmenter rapidement les primes de risque pour des policiers des unités spécialisées et des brigades d’intervention à travers le pays», a ajouté Frantz Elbé. Par ailleurs, 1187 policiers et employés administratifs ont été renvoyés de l’institution pour abandon de poste, entre autres, grâce à ce rapport d’enquête, selon Frantz Elbé. De plus, la Police Nationale d’Haïti (PNH) a fait part de la libération, le jeudi 12 mai, d’un groupe de passagers enlevés par des bandits au niveau de la commune de la Croix-des-Bouquets. Les victimes étaient à bord d’un autobus de la compagnie «Capital Coach Line» et se rendaient en République Dominicaine lorsqu’elles ont été enlevées, selon les informations fournies par l’institution policière sur Twitter.

À rappeler que le 9 mai dernier, une dizaine de citoyens turcs, haïtiens et dominicains ont vécu le même sort dans la localité «Papaye», à Croix-des-Bouquets. L’autobus à bord duquel ils se trouvaient a été détourné par des bandits armés, alors qu’il rentrait à Port-au-Prince.

Malgré les diverses interventions de la PNH, la commune de la Croix-des-Bouquets, fief de la bande criminelle dénommée «400 Mawozo», demeure une zone rouge, en raison de nombreux rapts qui y sont signalés.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button