acceuilActualitésciences et santé

Pourquoi l’inclusion communautaire est-elle importante ?

Tous les êtres humains ont besoin de sentir qu’ils appartiennent à une communauté. Alors que les personnes autistes (comme beaucoup de gens) ont souvent besoin de beaucoup de temps seuls, elles ont aussi besoin d’un sentiment d’appartenance. De plus, les personnes autistes ont souvent des dons importants qu’elles peuvent apporter aux milieux communautaires. D’un autre côté, les personnes neurotypiques peuvent gagner beaucoup en étant exposées à des membres de la communauté qui pensent et agissent différemment.

Quel est le rôle des loisirs dans la société ?

Les loisirs sont un terme très large qui décrit presque tout ce que nous faisons pour le plaisir. Il peut tout incorporer, de l’alpinisme à la peinture à l’aquarelle, en passant par le piano. Les activités récréatives nous fournissent un moyen de nous connecter avec d’autres membres de notre communauté qui partagent nos intérêts, et elles peuvent également fournir de l’exercice physique, une communion avec la nature, une expression artistique et un sens du but. Les loisirs sont importants pour la santé mentale et physique de pratiquement tous les êtres humains, quels que soient leur âge, leur sexe ou leurs capacités.

  • Des sports

Certains sports se prêtent plus que d’autres à une intégration complète, bien que les personnes autistes puissent réussir dans presque toutes les activités. En général, les sports non compétitifs sont une meilleure option que les équipes compétitives, et les sports et activités d’équipe individuels peuvent être un excellent choix. Certains des sports les plus adaptés aux autistes incluent:

  • courir et marcher;
  • le bowling;
  • nager;
  • le vélo et le patinage (si l’équilibre n’est pas un problème);
  • les cours d’exercices, y compris le yoga.
  • Des loisirs

Les personnes autistes peuvent avoir peu de difficulté avec de nombreuses formes de loisirs, si elles sont préparées, qu’on leur enseigne toutes les compétences nécessaires et qu’elles sont invitées à participer. Il est important de se rappeler que de nombreuses personnes autistes, en particulier les personnes âgées, peuvent avoir été peu exposées aux activités récréatives. La préparation et l’enseignement direct sont donc essentiels. Les loisirs peuvent prendre de nombreuses formes, mais certaines des options les plus adaptées aux autistes incluent:

  • le camping;
  • la pêche;
  • la randonnée;
  • le nautisme;
  • participer à des programmes de camps d’été;
  • assister à des événements communautaires tels que des foires de comté, des barbecues et des festivals d’art.

Comment planifier un programme de loisirs inclusif

Comme le dit Lisa Drennan, l’inclusion n’est pas un événement, un programme ou l’ajout d’un membre du personnel. C’est le résultat de l’engagement organisationnel qui comprend un travail intentionnel dans les coulisses pour s’assurer que tout le monde est accueilli, engagé et soutenu dans chaque programme ou événement proposé. Pensez aussi à trouver les points forts des individus, plutôt que de vous concentrer entièrement sur les défis.

Formation et assistance

Pour atteindre l’objectif d’engagement organisationnel envers l’inclusion totale, le personnel doit être formé et soutenu. Si vous avez une université à proximité, vous pouvez avoir accès à des formateurs potentiels, sinon, envisagez les options en ligne. Il est également très important d’avoir suffisamment de personnel et d’alternatives disponibles pour faire face aux événements ou aux besoins imprévus. Cela signifie qu’un seul instructeur peut ne pas être suffisant pour gérer un programme entièrement inclusif.

Au fur et à mesure que les programmes sont élaborés, gardez l’inclusion à l’esprit. Quels sont les obstacles et les conditions préalables à la participation ? Est-ce que tout ou partie d’entre eux peuvent être atténués ou minimisés ? Par exemple, serait-il possible d’offrir un atelier « d’introduction à l’exercice aquatique » qui aide tout le monde (pas seulement les personnes autistes ou ayant d’autres handicaps) à comprendre ce qu’est l’exercice aquatique, comment se déroule un cours, comment s’appelle l’équipement et comment suivre la direction dans la piscine ? Il y a de fortes chances que les personnes autistes ne soient pas les seules à se sentir nerveuses à l’idée de rejoindre un groupe d’exercices expérimentés en tant que novices.

Bien qu’il n’y ait rien de mal à offrir une classe ou un programme spécialisé, cela ne devrait pas être l’objectif. Au contraire, ils devraient servir de passerelle vers la pleine inclusion. Par exemple, une personne, qui suit un cours de natation pour les personnes ayant des besoins spéciaux, devrait acquérir les compétences nécessaires pour faire partie d’un cours de natation accessible à tous (ou même d’une équipe de natation).

Partager la responsabilité

Bien qu’une grande partie du travail soit effectuée au niveau de l’organisation, dit Drennan, la personne autiste et son équipe de soutien doivent également assumer une certaine responsabilité. Si une personne autiste n’a jamais participé à un cours et se présente simplement sans connaître le comportement attendu, il y a de fortes chances que son expérience soit négative. Drennan suggère que les personnes autistes se présentent à un programme à l’avance, observent et apprennent activement comment le programme fonctionne et ce que l’on attend des participants. Certains outils pour ce processus incluent:

  • Utiliser la modélisation vidéo ou simplement regarder une vidéo du programme, l’arrêter et discuter de ce qui se passe.
  • Jouer le processus, par exemple, d’entrer tranquillement dans un cours de yoga, de saluer d’autres camarades de classe, d’étaler un tapis, de placer une bouteille d’eau au bon endroit et d’attendre patiemment que le cours commence.
  • Pratiquer à l’avance tout comportement ou activité potentiellement difficile, ainsi que le jargon approprié. Par exemple, qu’est-ce qu’un moniteur de natation veut dire lorsqu’il parle de « surplacer » l’eau ? Les personnes autistes peuvent avoir été moins exposées que leurs pairs aux cours et activités ordinaires, et peuvent avoir besoin de plus de temps pour acquérir des compétences.
  • Utiliser des histoires sociales pour rappeler aux participants autistes ce qu’ils vont faire, quels types de comportements sont attendus dans cette situation et quoi faire si un défi survient.

Programmes de loisirs inclusifs réussis

Le Y est probablement l’organisation nationale la plus connue pour se concentrer sur l’inclusion pour tous. Avec une devise qui englobe le corps et l’esprit, les programmes du Y s’adressent aux personnes ayant des « capacités diverses », à tous les niveaux : physique, développemental, émotionnel et mental. Certains des secrets du Y pour réussir incluent :

  • trouver des points forts et aider les individus à les développer;
  • trouver un équilibre entre le bien et le parfait;
  • offrir une formation continue et un soutien à l’inclusion;
  • offrir des programmes et des événements non compétitifs, de sorte que des niveaux élevés de capacité athlétique ne soient pas nécessaires pour réussir;
  • développer des programmes non sportifs pour tous les âges, allant de la formation en leadership au camping, en passant par les arts et l’artisanat;
  • créer un sentiment d’appartenance intergénérationnelle pour les membres qui peuvent avoir grandi, et continuer à bénéficier du Y à l’âge adulte et même en tant qu’aînés.

Résumé

Inclure pleinement les personnes autistes dans les loisirs et les sports communautaires est bénéfique pour tout le monde. Il offre aux participants autistes un sentiment d’accomplissement et d’appartenance. En même temps, il offre aux participants neurotypiques un soutien supplémentaire et des opportunités d’apprendre à connaître leurs voisins autistes, d’une nouvelle manière.

Pour créer un programme inclusif:

  • Commencez par supposer que toute l’organisation sera inclusive et accueillante.
  • Concevez des programmes et des événements inclusifs dès le départ.
  • Fournissez beaucoup de formation et de soutien au personnel.
  • Partagez la responsabilité de l’inclusion avec les personnes autistes et leurs soignants.
  • Travaillez pour trouver les points forts des individus et offrez des opportunités de les développer.

L’inclusion n’est pas sorcière, mais elle nécessite une nouvelle vision des sports et des loisirs. L’étape la plus difficile à franchir est peut-être la première : obtenir l’adhésion des gestionnaires de l’organisation qui ont l’habitude de penser à l’intérieur de la boîte. Le plaidoyer peut faire des merveilles dans ces situations, en particulier lorsqu’un groupe de défenseurs travaille ensemble vers les mêmes objectifs réalisables.

Dr. Isoux Jr Jérôme, Psy. D

Articles Similaires

Back to top button