" "
acceuilActualitésciences et santé

Pourquoi les gens s’auto-sabotent-ils?

5 façons de rendre les choses plus difficiles pour vous-même

Manières communes dont les gens s’auto-sabotent

Les praticiens de la santé mentale ont identifié les façons courantes dont les gens s’auto-sabotent. Les trois moyens faciles à identifier incluent la procrastination, le perfectionnisme et l’automédication.

  • Procrastination

Les personnes qui s’auto-sabotent, tergiversent souvent. La procrastination est une façon de montrer aux autres que vous n’êtes jamais prêt et de retarder un bon résultat. C’est parce que les gens ont peur de décevoir les autres, d’échouer ou de réussir.

  • Perfectionnisme

Se tenir à une norme impossible entraînera des retards et des revers. Bien qu’il semble être une stratégie positive de viser à ce que les choses se déroulent comme prévu sans accroc, le perfectionnisme entrave le succès. Quand quelque chose ne va pas, comme cela arrivera inévitablement, les perfectionnistes se défont. Ils finissent par avoir honte. Sujets à la dépression, ils ont l’impression de laisser tomber tout le monde.

  • Automédication

Pour faire face à la bataille constante entre le désir de réussir et le scénario qui joue dans leur cerveau disant qu’ils ne peuvent pas l’être, beaucoup se calment par la drogue, l’alcool et l’automutilation.

Comment arrêter l’auto-sabotage

Si vous travaillez avec un thérapeute ou un conseiller, votre meilleur conseil est de vous tourner vers eux pour obtenir des conseils. Si vous voulez des conseils sur la façon de mettre fin à ce comportement négatif, voici certaines choses que vous devriez considérer pour vous empêcher de causer plus de tort.

  • Examiner les causes profondes

Cherchez des modèles dans votre vie. Avez-vous été enclin à contrecarrer vos bons efforts à plusieurs reprises ? Ces actes se sont-ils produits avant que vous ne fussiez sur le point de réussir ou alors que vous étiez sur le point de réaliser vos désirs personnels ? Comme mentionné, ce comportement peut provenir de l’enfance. Certains parents, ne sachant pas mieux ou craignant que leurs enfants soient déçus, disent à leurs enfants de ne pas voir grand. Peut-être qu’ils ont dit : « Qui es-tu pour croire que tu peux aller à l’université ? Tu dois travailler comme nous tous».

  • Arrêter de procrastiner

Le comportement courant de ceux qui s’auto-sabotent est la procrastination. Si vous continuez à reporter quelque chose de ce qui est important pour vous, cela pourrait être émotionnellement plus facile que d’atteindre un objectif qu’on vous a dit que vous n’atteindriez jamais. L’inadéquation entre l’endroit où vous vous trouvez et ce qui a été foré dans votre tête, pendant des années, peut vous causer un inconfort incroyable. Alors, vous vous auto-sabotez. Une étude récente a été menée sur la procrastination des étudiants en milieu universitaire. Les scientifiques ont découvert qu’un facteur commun à la procrastination impliquait un manque d’autorégulation. Cela est dû au fait que les étudiants ont un grand degré de liberté, des tentations et des distractions et de longs délais. L’influence des pairs ou des facteurs sociaux ont également influencé la procrastination. Enfin, un manque de compétences, dans le domaine des compétences d’étude, a également contribué à la procrastination.

  • Procrastination.

Arrêtez de regarder uniquement la grande image. Lorsque vous visez quelque chose d’important, comme devenir l’un des meilleurs vendeurs là où vous travaillez, un objectif géant peut sembler écrasant. Pour éviter les actes d’auto-sabotage, ne vous attardez pas sur les détails. Ceux qui s’auto-sabotent perdent parfois beaucoup de temps sur des détails sans importance. Autre exemple : si vous essayez de retrouver la santé, ne prenez pas de décisions tout ou rien. Ne jetez pas l’éponge si vous manquez la salle de sport une semaine. Recommencez à la suivante. Apportez de petits changements progressifs et agissez lentement. De cette façon, vous pourriez empêcher votre esprit de sabotage de freiner votre plan. Prenez des actions plus petites qui ne vous feront pas dérailler.

  • Arrêtez la pensée perfectionniste

Les personnes qui s’auto-sabotent sont souvent des perfectionnistes. Peut-être que vous pensez trop à chaque détail et que tout doit être parfait. Viser l’excellence, pas la perfection. Apportez de petites améliorations et notez les progrès sur la voie de la réalisation de l’objectif souhaité.

  • Il faut du travail pour s’auto-saboter

Ce comportement négatif prend du temps et demande beaucoup de travail. Des recherches récentes montrent que l’auto-handicap est exigeant en ressources. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de l’Indiana a rapporté, dans le Journal of Experimental Social Psychology, des résultats contre-intuitifs. Les lève-tôt s’auto-sabotent davantage le matin et les noctambules s’auto-sabotent davantage la nuit. Cela signifie qu’ils ont miné leurs performances, non pas lorsqu’ils étaient fatigués, mais lorsqu’ils disposaient de ressources cognitives maximales. Il faut donc beaucoup d’énergie pour continuer ce comportement, et cela conduit à des résultats inadaptés.

  • Questions à se poser

Si vous pensez à vous auto-saboter, demandez-vous :

  • Votre comportement correspond-il à vos objectifs ?
  • Si non, qu’est-ce qui vous empêche d’agir pour réaliser vos rêves ?
  • Votre comportement s’aligne-t-il sur les valeurs auxquelles vous croyez actuellement ?
  • Si non, qu’est-ce qui vous empêche de prendre des mesures qui correspondent à ces valeurs ?
  • Ressentez-vous un malaise ou une gêne lorsque vous progressez ? Si oui, approfondissez :
  • Ce malaise est-il basé sur ce que les autres vous ont dit et qui a limité vos aspirations ?
  • Cet inconfort est-il basé sur la peur de l’échec et l’inquiétude d’avoir l’air stupide ?
  • Ce malaise est-il fondé sur la peur du succès ?
  • Êtes-vous soucieux d’accomplir plus que ce que vous pensiez possible ?
  • Si vous faites mieux ou réalisez plus, pensez-vous que le succès est plus que ce que vous méritez ?
  • Traitement de l’auto-sabotage

Ceux qui s’auto-handicapent peuvent avoir du mal à réguler leurs émotions et leurs comportements. La dysrégulation comportementale et la dysrégulation émotionnelle sont souvent causées par un traumatisme ou une négligence durant l’enfance. Ce dérèglement peut favoriser des réactions néfastes. Les personnes qui s’auto-sabotent peuvent trouver de l’aide pour divers problèmes, notamment l’abus d’alcool et de drogues, les crises de boulimie, les accès de colère et l’automutilation.

  • Les thérapies suivantes ont également aidé ceux qui s’auto-sabotent :
  • La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) utilise des techniques efficaces pour soulager les distorsions cognitives. L’utilisation de ces techniques vous aide à remplacer les schémas de pensée négatifs et à améliorer votre bien-être général.
  • La thérapie comportementale dialectique (TCD) fonctionne bien sur les problèmes qui impliquent des émotions intenses. Cela pourrait englober des comportements impulsifs, des problèmes de contrôle des impulsions et des difficultés à s’entendre avec les autres. Vous apprendrez à mieux réguler vos émotions avec cette méthode.

Dr. Isoux Junior Jérôme, psychologue & neuropsychologue, Psy.D

Articles Similaires

Back to top button