acceuilActualitésciences et santé

Le coronavirus se retire lentement d’Haïti

Dans les principaux centres de prise en charge, une baisse des patients nécessitant une hospitalisation est observée. La dernière publication sur l’évolution de la pandémie de COVID-19, publiée sur les pages du ministère de la Santé et de la Population, remonte au 7 janvier 2022. La COVID-19, la petite fièvre qui défrayait la chronique au mois de janvier et même la grippe saisonnière, évoquée par le ministère de la Santé, sont progressivement sorties de l’actualité.

L’hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH) où une dizaine de patients recevaient des soins pour COVID-19 et détresse respiratoire, en attendant un test de confirmation, qui était l’un des rares centres hospitaliers qui recevaient ces types de cas, se vide progressivement. Un résident affecté à la salle, souligne qu’au mois de janvier, il était difficile de trouver un lit vide car à peine un patient était exéaté, un autre était admis pour des troubles respiratoires dont beaucoup avaient un test de COVID-19 positif. « Le constat est sans appel, déclare le Dr Jean William Pape : le variant Omicron, responsable de la dernière vague de contamination, n’a pas causé beaucoup de dégâts en Haïti ». Le Dr Jean William Pape dit constater une baisse progressive de contamination, remontant à environ trois semaines. « Ce variant, réputé pour sa contagiosité, est en chute libre ; cela voudrait dire que la majorité de la population a été exposée, sans effets néfastes qui nécessiteraient une hospitalisation. Ce constat est valable aussi bien pour les patients reçus dans les centres Gheskio que les voyageurs », ajoute le Dr Pape.

Difficile de dire, avec certitude, la cause de cette baisse. Cependant, le Dr Marc Edson Augustin, directeur médical de l’hôpital St-Luc, préfère jouer la carte de la prudence. « Dès le début de cette pandémie, elle a toujours eu une évolution en dents de scie. On ne peut pas crier victoire, on se contente d’interpréter les faits. Qui sait si demain il n’y aura pas de recrudescence », s’interroge t-il ? Comme le MSPP avait évoqué une grippe saisonnière, analyse le directeur médical de l’hôpital St-Luc, il est tout à fait normal de faire la liaison entre la fin de la période liée à la grippe saisonnière (novembre-mars) et la baisse des contaminations constatée.

Selon une source au MSPP, le dernier rapport estime à 29 907, le nombre de cas confirmés au 7 février 2022, soit 19 nouveaux cas, pour 807 décès. À date, selon le bulletin vaccinal disponible, 93 809 personnes sont complètement vaccinées. Tandis qu’Haïti continue de recevoir des doses du vaccin Pfizer, un plan de communication se fait attendre et la population semble avoir d’autres chats à fouetter.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Lisez aussi
Close
Back to top button