acceuilActualitéEducation & Développement

Le MENFP, version Nesmy Manigat, tente de rouvrir les écoles fermées à cause de l’insécurité

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle a décidé de mettre sur pied un programme permettant la reprise des activités scolaires dans certains établissements où il n’était plus possible de le faire, à cause des guerres entre les gangs rivaux. À cet effet, conformément aux directives de Nesmy Manigat, Ministre de l’Éducation Nationale, élèves et enseignants se préparent à regagner, dès ce mois de janvier 2022, les locaux du Lycée national de La Saline, fermés depuis bien des temps. Malgré la mise sur pied de ce programme, les professeurs faisant partie de l’organisation des directeurs d’écoles privées de la 3e circonscription de Port-au-Prince, continuent d’appeler à l’aide, après avoir été délogés par la guerre des gangs de cette zone.

Au cours d’une visite guidée, la semaine écoulée, une délégation composée du Directeur du lycée, de l’Inspecteur Général du Ministère de l’Éducation, d’agents de l’Édupol et d’élèves du lycée a constaté que les travaux d’assainissement allaient bon train. Élèves, enseignants et résidents de la communauté se sont réjouis de cette initiative. Rappelons que cet établissement scolaire, public, mixte qui avait dû fermer ses portes, il y a 3 ans, à la suite d’affrontements entre gangs armés qui ont débouché sur le massacre sanglant de la Saline, en novembre 2018, compte 850 élèves.

De son côté, le président de l’Association des directeurs d’écoles privées de la 3e circonscription, James Polot, appelle l’État haïtien à venir en aide aux établissements qui se trouvaient dans les quartiers de Martissant et de ses environs. Ces écoles, selon le professeur Polot, ont été obligées de quitter leur local, à cause des guerres entre les gangs de «Tibwa» et ceux de «Gran Ravin et de Village-de-Dieu». Le Professeur Polot exhorte les autorités du MENFP à soutenir financièrement ces écoles qui, malgré tout, font partie du système mais n’arrivent pas à se reloger, faute de moyens. Par ailleurs, ces professeurs disent avoir écrit au premier ministre Ariel Henry pour lui demander de leur venir en aide mais, jusqu’à date, aucune réponse leur avait été donnée.

Par ailleurs, Nesmy Manigat, le Ministre de l’Éducation Nationale, a procédé à l’installation de Jean Ronald Joseph, comme nouveau Directeur Général du Fonds National de l’Éducation (FNE). Il remplace à ce poste, Joseph Frantz Nicolas qui occupait cette fonction depuis octobre 2018. Dans son intervention, Joseph Frantz Nicolas, le Directeur Général sortant, a déclaré ne s’être jamais démarqué des deux points fondamentaux de son mandat : la mise en place et le fonctionnement des mécanismes administratifs du Fonds qui était appelé à évoluer comme une institution autonome, et le soutien des efforts de l’État dans le domaine éducatif. Il a rappelé qu’avec un peu plus de 7 milliards 521 millions de gourdes versées dans ce Fonds, plus de 5 milliards 513 millions ont été investis, de 2018 à 2021, dans divers chantiers et programmes, résumant ainsi l’utilisation de ces fonds durant ses 3 années en poste.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button