acceuilActualitéEconomie & Finances

Les effets domino de l’augmentation du prix de l’essence

Le lundi 13 décembre 2021, des mouvements de protestation contre l’augmentation des prix des carburants à la pompe ont été rapportés à Port-au-Prince et dans certaines villes de province (Mirebalais / Plateau Central, Petit-Goâve, Gonaïves, Saint-Marc…). Les protestataires exigeaient que le Gouvernement revienne sur sa décision d’augmenter le prix des carburants. Dans la zone métropolitaine: Carrefour-Marassa, en Plaine, Pétion-Ville (rue Faubert, Rue Rigaud, Rue Rebecca), Bourdon, la circulation était totalement paralysée sur plusieurs artères de la capitale, à l’aide de véhicules placés en travers de la route par des chauffeurs de transport en commun, notamment à la hauteur de Delmas 60.

Des barricades de pneus enflammés, des jets de pierres et de bouteilles ont été rapportés à Pétion-ville mais aussi à Lalue et sur l’avenue John Brown. Les chauffeurs ont également bloqué la Route nationale No. 3 au niveau de Mirebalais, Belladère et Lascahobas. Les forces de l’ordre ont dû intervenir pour rouvrir la circulation, parfois sans modération…

À Delmas 95, à Delmas 101, des individus non identifiés se sont livrés à du vandalisme sur des véhicules privés, brisant les pare-brises. Les altercations entre passagers et chauffeurs (parfois violentes) sont de plus en plus fréquentes, en raison de la hausse du prix des trajets qui, malgré les assurances du Gouvernement qu’ils resteraient inchangés, ont, dans la réalité, considérablement augmenté.

Depuis la date de la mise en vigueur des nouveaux prix de l’essence à la pompe, différents foyers de tension ont été signalés, particulièrement le vendredi 10 décembre 2021, dans plusieurs quartiers dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, ainsi que dans plusieurs villes en province (Gonaïves et Saint-Marc / Artibonite, Mirebalais / Plateau Central, Petit-Goâve / Ouest, entre autres). Ces mouvements ont été déclenchés parce que les tarifs des transports en commun ne devraient subir aucun ajustement, étant donné qu’il n’y a pas eu une augmentation significative de la gazoline, avait garanti le gouvernement.

Les nouveaux tarifs du carburant ont été annoncés la semaine dernière par les membres du gouvernement, consacrant le doublement des prix du diesel et du kérosène, et une augmentation substantielle de la gazoline. Ainsi, le gallon de gazoline passe de 201 à 250 gourdes soit une augmentation de (24%), le diesel de 169 à 353 gourdes (109%) et le kérosène de 163 à 352 gourdes (115%), indique le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert. Le gouvernement fait savoir qu’il a renoncé à une partie des taxes sur la gazoline, contrairement au diesel et au kérosène, désormais totalement taxés.

«Avec les 30 milliards de gourdes de subvention du carburant pour une partie de la population, nous pourrons offrir plus de services, déployer plus de policiers nationaux dans les rues, pour assurer la sécurité et leur donner plus de blindés», avait garanti le Premier ministre de facto, Ariel Henry, dans des communications publiques.

Une augmentation des prix du carburant sur le marché local, dans le contexte actuel, pourrait entraîner de graves conséquences sur la population, dont la majorité vit dans la pauvreté, avait prévenu l’économiste Eddy Labossière. Malgré cet avertissement de l’économiste et des syndicalistes, le gouvernement a quand même ajusté le prix du carburant. Ce qui a provoqué des mouvements de protestation à travers plusieurs villes du pays. Des barricades, faites de pneus usagés enflammés, de tessons de bouteilles, de grosses pierres et de détritus, ont été utilisées pour bloquer certaines rues, le 10 décembre 2021, en divers endroits, notamment à Pétion ville, à Delmas et à l’avenue John Brown, communément appelée «Lalue». Un véhicule a été mis au travers de la route, au niveau de Delmas 33, perturbant la circulation automobile. La route est également bloquée au niveau de Pèlerin 5, non loin de la résidence de l’ancien président de facto, Jovenel Moïse, assassiné le mercredi 7 juillet 2021. Une partie de la Route nationale No. 1 a été également paralysée, dans la zone de Saint-Marc (à environ 87 km au nord de la capitale), où d’autres actions de protestations sont aussi projetées pour le lundi 13 décembre 2021, ainsi qu’une partie de la Route nationale No. 2, du côté de Petit-Goâve (à 68 km au sud de Port-au-Prince).

Notons qu’après cette décision, le vendredi 10 décembre dernier, s’est tenue la cérémonie de l’ouverture des plis, suite à l’appel d’offre portant sur la fourniture de produits pétroliers et services connexes, déroulée en présence du Premier ministre Ariel Henry. L’ouverture de cette cérémonie qui s’est tenue au ministère de l’Économie et des Finances, s’est effectuée en présence, entre autres, des représentants de plusieurs compagnies pétrolières, dont DINASSA, Cap Invest, Bandari, DNC.S.A.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button