acceuilActualitéJusticeNewsreel

Carnage: le complot des autorités avec les bandits

Le lundi 6 décembre 2021, le dangereux quartier de Martissant, à l’entrée Sud de Port-au-Prince,
était sous haute tension, sur fond de tirs d’armes automatiques, lors de violents affrontements
entre gangs adverses, pour le contrôle du territoire. Plusieurs passagers d’un autobus qui se
trouvait au mauvais moment et au mauvais endroit, ont été blessés et au moins 2 autres
personnes ont été tuées.
Au début de l’après-midi, des individus lourdement armés ont attaqué le sous-
commissariat situé à Martissant 1, malgré la présence d’un véhicule blindé de la Police Nationale
d’Haïti (PNH) sur les lieux, criblant de balle le bâtiment. Sous le feu nourri des assaillants très
déterminés, les policiers, en nombre insuffisant et sous équipés, n’ont eu d’autre choix que de se
replier. Les bandits ont alors pénétré dans les locaux du sous-commissariat qu’ils ont pillés et
partiellement incendiés. Vers le milieu de l’après-midi, des rafales d’armes automatiques étaient
encore entendues sporadiquement et toute la circulation était paralysée, tandis que la population
terrorisée restait porte close, dans son domicile.
Rappelons que la veille, le Chef de gang connu comme «Ti Lapli» avait publié une vidéo
sur YouTube, avertissant les gens de ne pas traverser Martissant. «J’invite les habitants de
Martissant à faire le plein de vivres et d’essence. Les prochains jours seront difficiles… Nous ne
resterons pas les bras croisés face à ceux qui tentent de nous détruire.»
En outre, le samedi 4 décembre 2021, Hadassa Morency, une fillette de 7 ans, blessée
lors des affrontements à Martissant, est décédée dimanche à l’hôpital, des suites de ses blessures.
Le mercredi 1er décembre 2021, à Martissant 4, des hommes lourdement armés ont
ouvert le feu à l’arme automatique sur un autobus se dirigeant vers Carrefour, avec à son bord 38
passagers.
«C’est un carnage. Une dame est morte sur le coup dans le bus, une balle dans la tête, les
12 autres passagers ont reçu des projectiles partout. J’ai constaté 9 passagers grièvement blessés
à la salle d’urgence et trois blessés au bloc opératoire», a constaté le Juge de Paix Moïse Jean, à
l’hôpital de Diquini où les victimes ont été conduites.
À Carrefour, les centres hospitaliers manquent de moyens pour prendre en charge les
victimes et il était impossible de transférer les blessés vers des hôpitaux de Port-au-Prince, en
raison du conflit armé entre gangs à Martissant, qui dure maintenant depuis 6 mois.
Par ailleurs, la situation était très tendue dans la zone de Cité Cabrit (Fontamara), fief du
gang «Tibwa» qui affrontait le gang de Grand-Ravine qui cherche à prendre le contrôle de son
territoire. Plusieurs corps à terre ont été signalés par les riverains, lors des affrontements
sanglants. Selon des témoignages, les affrontements auraient fait au moins 3 morts et une dizaine
de blessés.
Les habitants de Fontamara et de Carrefour ont été confrontés à la terreur. Les gangs de
Village-de-Dieu et de Grand-Ravine avaient lancé une offensive par mer et par terre contre les
résidents de Fontamara. Les assaillants ont débuté leur opération au niveau de Fontamara 43, tout
près de l’ancien hôtel Royal Haïtian. Ils se préparaient à emprunter le tronçon de Fontamara 43,
afin d’encercler le gang de Ti-Bois. Toutefois, les bandits de Ti-Bois, qui étaient sur le qui-vive,
ont stoppé la progression des assaillants. Les bandits de Martissant ont tiré sur plusieurs
véhicules de transport en commun, semant la terreur, notamment à Fontamara 37, non loin de
l’église de Pasteur Vigelin Shiba et à Bizoton. Cinq (5) morts et une dizaine de blessés en
provenance de Martissant ont été constatés. Les bandits, qui avaient attaqué par la mer, auraient

été repoussés par les Garde-Côtes. Les policiers ont réalisé des patrouilles pour sécuriser les
résidents de Bizoton et Fontamara.
Depuis six mois, les gangs armés s’affrontent à Martissant et à Fontamara, tuant des
paisibles citoyens, sans aucune intervention des forces de l’ordre. Des centaines de milliers de
familles ont dû abandonner le quartier de Martissant, sous peine d’être tuées par ces malfrats.
Les commerces et les écoles sont restés. Certains sont pillés par les malfrats qui agissent en toute
quiétude. Les forces de l’ordre réalisent des patrouilles avec des blindés sur le boulevard Jean-
Jacques Dessalines mais ne s’aventurent pas dans les ruelles et les mornes de Martissant.
Par ailleurs, le vendredi 3 décembre 2021, dans la soirée, des individus armés ont enlevé
à Delmas 75, la militante des droits des femmes, Novia Augustin, dirigeante de la Fédération des
Organisations de Femmes pour l’Égalité des Droits Humains (FEDOFEDH) et de l’Organisation
«Refuge des Femmes». Elle fait également partie des personnes devant choisir une représentante
des femmes dans le prochain Conseil Électoral Provisoire (CEP) qui doit être mis sur pied par le
Premier Ministre a. i., Ariel Henry. Les ravisseurs exigeraient 150 000 dollars américains, pour
sa libération. Sofia Loréus, la Ministre à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes
(MCFDF) a appris avec une grande indignation l’enlèvement de Novia Augustin, une militante
active dans la lutte pour promouvoir et défendre les droits des femmes en Haïti. La Ministre
Loréus condamne vigoureusement cet enlèvement et exhorte les ravisseurs à libérer, au plus vite,
Novia Augustin. De plus, la Ministre appelle la police et les procureurs à œuvrer pour assurer la
sécurité de chaque citoyen et, en particulier, des femmes qui sont toujours les plus vulnérables,
dans ces actes.
De plus, le porte-parole de la commission Nationale de Désarmement Démobilisation et
Réinsertion (CNDDR), Jean Rebel Dorcénat, prédit que Pétion-Ville pourrait être transformée en
zone de non-droit dans un an, si aucune disposition ne bloque le développement des gangs.
Pétion-Ville est déjà ceinturée, a dit Dorcénat qui détient des informations sensibles des services
d’intelligence.
Des groupes armés sont déjà à l’intérieur de Pétion-Ville, dit-il, expliquant que Pétion-
Ville deviendrait ainsi un autre Martissant. «Si rien n’est fait, les gens fuiront Pétion-Ville, à
l’instar des résidents de Martissant».
Il garantit que ceci n’est toutefois pas une fatalité, faisant valoir que le gouvernement
peut appliquer le plan stratégique de sécurité pour inverser la tendance. Le document de 500
pages présente en détails les mesures à adopter pour combattre les gangs dans les quartiers
populeux.
Au cours des derniers mois, les gangs se sont renforcés sur l’ensemble du territoire. Il
révèle qu’un gang de la zone métropolitaine, qui disposait d’un arsenal de 300 armes, l’a fait
passer à 850. De plus, il a fait savoir que des autorités policières sont impliquées dans le trafic
d’armes. M. Dorcénat révèle qu’il avait mis en garde le président Moïse sur des responsables de
sécurité, dont Dimitri Hérard, impliqués dans le trafic d’armes.
Par ailleurs, l’expert en question de sécurité, Réginald Delva, reconnaît que le
phénomène du kidnapping est en nette recrudescence, ces derniers jours. S’il évite de se montrer
sévère avec la police, il s’interroge tout de même. «Aujourd’hui, les gangs de kidnappeurs
donnent l’impression d’être mieux organisés que la PNH. Cette dernière ne communique pas,
concernant les enlèvements, ce qui empêche le public de tirer ses conclusions, pour sa propre
sécurité.»
Par ailleurs, l’ancien secrétaire d’État à la Sécurité Publique déplore l’ascendant
psychologique pris par les bandits sur les forces de l’ordre et sur l’ensemble des citoyens qui

constituent autant de victimes potentielles. «Les bandits frappent chaque fois qu’ils le décident.
Leur mode opératoire reste le même. Lanmo Sanjou peut même se permettre de donner des
leçons d’humanité, en libérant des otages en mauvaise santé.»
La PNH doit changer la donne et utiliser les périodes d’accalmie pour porter des coups
aux bandits, estime l’ancien ministre de l’Intérieur. Réginald Delva insiste sur le fait que les
forces de l’ordre doivent reprendre au plus tôt l’ascendant perdu, afin de retrouver le moral et
regagner en efficacité.


Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button