Site icon Journal Haïti Progrès – Haitian #1 Newspaper – Jounal Ayiti

Les dates historiques continuent de perdre leurs lustres

La cérémonie officielle, organisée pour célébrer le 218e anniversaire de la Bataille de Vertières, le 18 novembre 2021, peut être considérée comme spéciale, puisque c’est la première, réalisée sans manifestations de rues, depuis plusieurs années. Néanmoins, cela n’a pas rehaussé l’éclat de cette date, puisque, comme depuis un certain temps, les autorités ne se sont pas rendues à Vertières, comme étant le lieu symbolique de cette bataille.

Les opposants au président défunt, Jovenel Moïse, avaient pris l’habitude de provoquer le boycott des cérémonies officielles, dans le cadre de leur combat politique. De plus, des chefs de gangs ont, en maintes occasions, provoquées le report de certaines cérémonies, comme ce fut le cas le 17 octobre dernier, alors le Premier Ministre Ariel Henry n’avait pu faire l’offrande florale au Pont-Rouge.

À l’occasion de la célébration de cette date, le jeudi 18 novembre, le Premier Ministre de facto appelle à l’unité entre les Haïtiens pour «refaire l’Histoire sous une autre forme». «Nous avons l’obligation, devant l’Histoire, de bâtir la nouvelle Haïti dont nous rêvons tous. Une Haïti unie. Une Haïti prospère. Une Haïti réconciliée avec elle-même. Une Haïti de consensus et de compromis», a déclaré le Dr Ariel Henry.

«Nous avons l’obligation de rééditer 1803, à cause des urgences et des problèmes auxquels fait face notre nation. Nous devons mener un combat sans merci pour parvenir à aplanir les sentiers et à faire taire nos divergences, en vue de continuer sur la voie de la démocratie. Pour y parvenir, nous devons transcender nos querelles, consentir des sacrifices énormes, aller au-delà de nous-même et emprunter la voie du consensus», a poursuivi le chef du gouvernement.

Le Premier Ministre a aussi tenu à saluer les miettes d’efforts des agents des forces pour faire face à l’insécurité, tout en annonçant des actions prochaines contre les actes de banditisme. «En dépit de nombreuses contraintes, nos agents des forces de l’ordre, en l’occurrence les Forces armées d’Haïti et la Police Nationale d’Haïti, restent dans la voie de leur mission. Ils savent tous que le salut de la patrie et la victoire de la démocratie passent nécessairement par le maintien de l’ordre public, le renforcement de l’unité nationale, la cohésion de l’État, le respect de l’autorité et de la loi. Nous leur disons merci».

Pour les officiers des FAd’H, le cœur n’est pas à la fête pour les militaires haïtiens qui ont commémoré, hier, le 18 novembre 2021, le 218ème anniversaire de la Bataille de Vertières. Les militaires haïtiens sont attristés par l’incapacité des Forces Armées d’Haïti (FAd’H) à rétablir l’ordre et la sécurité publique. Ainsi, le major Eddy Marcelin a, lors de la cérémonie officielle au Musée du Panthéon National (MUPANAH), fondu en larmes, en exprimant la douleur de ses frères d’armes qui assistent impuissants aux violences quotidiennes des gangs armés. Le major a confirmé que les autorités gouvernementales n’ont pu fournir les équipements nécessaires pour mettre un terme à la terreur des gangs.

«Il faut, entre autres, un char d’assaut, deux véhicules d’assaut et un hélicoptère de combat, assurant que l’ordre pourra être rétabli dans les deux semaines» a fait savoir le major qui se demande combien coûte ces équipements.

Notons tout de même que cette cérémonie protocolaire, officielle de la Bataille de Vertières, s’est déroulée sans incident au Musée du Panthéon National (MUPANAH). Il n’y a eu ni fusillades des gangs armés ni manifestation populaire violente. 

Altidor Jean Hervé

Exit mobile version