Site icon Journal Haïti Progrès – Haitian #1 Newspaper – Jounal Ayiti

Le SDP entre l’enclume et le marteau

SDP

«L’opposition radicale du « Secteur Démocratique et Populaire» (SDP) reste attaché à l’accord du 11 Septembre dont nous exigeons l’application. La position du SDP est claire : nous ne participerons pas à un Gouvernement dominé par le PHTK, martellistes et jovenélistes. Le Premier Ministre Henry doit assumer ses responsabilités,» a déclaré Me André Michel.

Le Secteur Démocratique et Populaire continue de multiplier les appels pour demander au premier ministre de facto, Ariel Henry d’appliquer l’Accord du 11 septembre. André Michel, porte-parole du SDP, manifeste son impatience et pose ses limites.

En marge d’une rencontre organisée avec les délégués du Secteur Démocratique et Populaire, le lundi 18 novembre, les responsables de cette structure ont, une nouvelle fois, exigé l’application de l’Accord du 11 septembre. «L’heure a sonné pour que le PM Ariel Henry se débrouille pour faire appliquer l’Accord. Nous ne sommes pas amis avec Ariel Henry. On ne signe pas un accord avec un ami, mais avec un adversaire», a lancé Me André Michel.

Le porte-parole du SDP demande au chef du gouvernement de prendre des dispositions pour mettre sur pied le gouvernement de consensus prévu dans l’Accord du 11 septembre, affirmant que le SDP ne fait pas partie de l’actuel gouvernement.

Monsieur Michel en profite pour annoncer qu’il ne participera pas à un gouvernement dominé par l’ex-PM Laurent Lamothe, l’ex-président Michel Martelly, entre autres.

Le militant politique dénonce des tractations visant à former un nouveau gouvernement. Tout en promettant la transparence, il indique qu’il continuera à lutter pour l’application de l’Accord du 11 septembre «nou pa p ret tann pou nou tounen pwa tann», a-t-il fulminé.

L’ancien sénateur Ricard Pierre, après avoir dressé un tableau sombre de la situation du pays, a présenté les résolutions prises, lors de cette rencontre avec les délégués du Secteur Démocratique et Populaire. Il dit que le SDP a reçu mandat des délégués pour :

* consulter tous les secteurs de la vie nationale pour offrir au pays un exécutif qui pourra répondre aux aspirations du peuple avant le deuxième lundi du mois de janvier,

* engager avec toutes les forces vives du pays un dialogue national sur la question de la sécurité pour rétablir la paix,

* utiliser les moyens légaux pour faciliter le respect des droits humains dans le pays.

Enfin, il rapporte que les délégués ont suggéré de réunir la famille politique pour constituer une force pour aller aux élections.

Par ailleurs, le président dominicain, Luis Abinader, a déclaré que la situation d’Haïti est un problème qui doit être traité au jour le jour et reconnu qu’au lieu de s’améliorer, le conflit s’aggrave avec le temps.

Emmanuel Saintus

Exit mobile version