Site icon Journal Haïti Progrès – Haitian #1 Newspaper – Jounal Ayiti

Etats-Unis: Sauve qui peut!

Etats

L’Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince, a publié une alerte de sécurité, le mercredi 10 novembre 2021, pour inviter les citoyens américains à laisser le sol haïtien, en proie à l’insécurité. Le Département d’État américain exhorte les citoyens américains à planifier leur départ d’Haïti, dès maintenant, par des moyens commerciaux, dans une alerte de sécurité publiée sur le site de l’ambassade des Etats-Unis en Haïti.

Les citoyens américains devraient examiner attentivement les risques de voyager ou de rester en Haïti, à la lumière de la situation actuelle en matière de sécurité et des problèmes d’infrastructure. Les pénuries généralisées de carburant peuvent limiter les services essentiels en cas d’urgence, notamment l’accès aux banques, les transferts d’argent, les soins médicaux d’urgence, Internet et les télécommunications, ainsi que les options de transport public et privé. Il est peu probable que l’Ambassade des États-Unis soit en mesure d’aider les citoyens américains en Haïti à quitter le pays, si les options commerciales ne sont plus disponibles. «Les sièges sur les vols commerciaux restent actuellement disponibles», a dit le communiqué.

À rappeler que des bandits ont enlevé, le samedi 16 octobre dernier, 17 missionnaires dont 15 ressortissants américains dans la zone de Ganthier, fief du puissant Gang, les 400 Mawozos. Les ravisseurs exigent une rançon de 17 millions de dollars en échange de la libération des otages. Ils menacent de les exécuter si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Également, les Affaires Mondiales Canada ont déclaré: «La situation en matière de sécurité en Haïti se détériore rapidement et est aggravée par une persistante pénurie de carburant. Par conséquent, Affaires Mondiales Canada retirent temporairement de l’Ambassade du Canada en Haïti tous les membres des familles des employés canadiens de l’Ambassade ainsi que tous les employés canadiens non essentiels. La sécurité des Canadiens étant notre priorité absolue en tout temps, l’Ambassade à Port-au-Prince demeure ouverte. Des représentants des services consulaires sont en mesure d’apporter une aide aux Canadiens ayant besoin d’une assistance d’urgence. Il est possible de communiquer avec eux au 011 (509) 2-812-9000 ou par courriel à PRNCECS@international.gc.ca. Nous continuons de conseiller aux Canadiens d’éviter tout voyage non essentiel en Haïti.

De plus, un email a été envoyé aux Canadiens vivant en Haïti, leur recommandant de planifier leur départ du pays où les gangs armés étendent chaque jour leur contrôle. «La situation se détériore et évolue rapidement. Si vous êtes en Haïti et que votre présence n’est pas essentielle, envisagez de quitter le pays, si vous pouvez le faire en toute sécurité».

Par ailleurs, la communauté internationale est indifférente à ce qui se passe en Haïti, a dit l’ancien président dominicain. Dans le cadre de sa tournée européenne, Leonel Fernández, ancien Président de la République Dominicaine et Président du Parti la Force populaire, a déclaré à Barcelone (Espagne), concernant la grave crise que traverse Haïti: «Nous sommes inquiets, car nous voyons que la communauté internationale ne prend pas en compte ce qui se passe en Haïti ». «Je crois que tous les Dominicains devraient être attentifs à ce qui se passe en Haïti. Ce n’est pas un conflit avec notre pays, c’est un conflit à l’intérieur d’Haïti, nous nous protégeons de sa venue en République Dominicaine.» Selon Leonel Fernández, ce qui se passe en Haïti représente un défi pour la République Dominicaine. Par conséquent, il a exprimé son soutien au Gouvernement Abinader dans les décisions visant à protéger l’intégrité territoriale, notamment avec l’envoi de militaires à la frontière avec Haïti. « Je veux profiter de ce moment pour dire que la communauté internationale, l’Espagne, la France et d’autres de l’Union européenne ainsi que les États-Unis, qu’ils ne peuvent pas être insensibles à ce que traverse Haïti».

Lors de sa rencontre avec la communauté dominicaine à Barcelone, Fernández a réitéré que la République Dominicaine n’était pas en mesure de résoudre le problème d’Haïti, qu’il s’agissait d’un problème que la communauté internationale devait résoudre…

Pas de mobilisation le 18 novembre

Le Secteur Démocratique et Populaire renonce à sa grande mobilisation annoncée pour le 18 novembre, commémoration de la Bataille de Vertières, et préfère faire du 18 novembre une journée de réflexion pour sortir le pays de la crise.

Emmanuel Saintus

Exit mobile version