acceuilActualitéNewsreel

Note d’indignation et de condoléances

Le décanat (élu) de la Faculté d’Ethnologie condamne, avec la plus grande sévérité, le kidnapping suivi de l’assassinat du professeur Michel Patrice Derenoncourt. Cet acte odieux, lâche et barbare constitue un crime contre l’humanité et contre l’intelligence. En cette pénible circonstance, nous adressons nos plus sincères condoléances et l’expression de notre sympathie à sa famille, ses amis (es), ses collègues, la communauté de l’Université d’État d’Haïti, l’Université Notre Dame d’Haïti et l’UNIFA.

Il est vrai que «la mort de tout homme/femme nous diminue, parce que nous appartenons au genre humain» (John Donne), mais la mort du professeur Derenoncourt constitue une perte capitale pour le pays tout entier qui a perdu à la fois un ingénieur, un avocat, un professeur d’université et, par-dessus tout, un homme qui croyait au progrès d’Haïti. La séquestration, suivie du meurtre du professeur Derenoncourt, vient allonger la liste des professeurs assassinés par balle dans les rues de Port-au-Prince:

– le professeur Jean Anil Louis-Juste, professeur à la Faculté d’Ethnologie de l’Université d’État d’Haïti, assassiné par balle, le mardi 12 janvier 2010;

– le professeur Serge Luc Bernard, président de l’Université de Port-au-Prince, assassiné par balle, le vendredi 31 août 2012;

– le professeur Alix Gaillard, professeur de construction civile, à la Faculté des Sciences de l’Université d’État d’Haïti, assassiné par balle, le mercredi 22 mai 2019;

– le professeur, homme d’affaire et diplomate, Jacques Pierre Matilus, assassiné le 3 février 2021, à Delmas 40 B;

– le professeur Monferrier Dorval, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince, assassiné par balle, le 28 août 2020.

Les statistiques ne sont pas précises sur le ratio professeur-étudiants en Haïti, mais nous pouvons faire l’hypothèse d’un manque flagrant de professeurs qualifiés pour enseigner dans les universités haïtiennes. En outre, ils sont peu nombreux, ceux et celles qui décident de revenir ou de rester au pays pour exercer le métier de sacerdoce professoral. Nous sommes renversés par les meurtres en série de professeurs et de tous les autres citoyens et citoyennes qui en sont frappés.

Nous en profitons pour condamner l’attitude complice du gouvernement haïtien qui n’a rien fait pour ralentir l’insécurité et l’impunité, qui, au contraire, l’encourage, de par son inaction et son silence. Si rien n’est fait dans l’immédiat face à la gangstérisation du pays et des institutions, les seigneurs du crime vont transformer Haïti en une société de «Rest In Peace». Depuis l’assassinat d’Antoinette Duclair, nous avions lancé un appel solennel à toutes les forces vives de la nation, afin de prendre leur responsabilité. Malheureusement, rien n’a été fait jusqu’à date. Encore une fois, nous profitons de cette circonstance douloureuse pour relancer ce cri d’alarme: «La population n’en peut plus! ». Indignez-vous!

Pour le conseil décanal:

Ilionor Louis, Doyen; Sandy Larose, Vice-Doyen aux Affaires Académiques; Fritz Lucien Maurepas, Vice-Doyen à la recherche.

Station-Service, incendiée

Le jeudi 4 novembre, à Petit-Goâve, aux environs de 6h du soir, un incendie a éclaté dans une station-service «National», située sur la route nationale #2, au niveau de Morne Soldat. Le feu s’est déclaré dans une des pompes à essence, au moment où de nombreux propriétaires de motocyclettes et des automobilistes tentaient, dans un grand désordre, de s’approvisionner en carburant. Bilan: 2 personnes blessées. L’une, identifiée comme «Nico», a été brûlée au bras, et une autre, non identifiée, a été piétinée par la foule, dans la panique qui a suivi le début de l’incendie. Les deux victimes ont été transportées d’urgence à l’hôpital. Au niveau matériel, outre des dommages à la station-service, une pompe à essence et 3 motocyclettes ont été complètement détruites par le feu.

230e anniversaire de la mort de Boukman

Le dimanche 7 novembre 2021 ramène le 230ème anniversaire de la mort de Dutty Boukman (né vers 1767, en Afrique de l’Ouest), à l’origine du soulèvement général des esclaves, à l’issue de la cérémonie vaudou du Bois-Caïman, lieu reculé de la plantation Lenormand de Mézy, dans la nuit du 14 août 1791. Le soulèvement des esclaves a débuté dans la nuit du 22 août, dans cinq habitations où les esclaves tuèrent leurs maîtres et leurs familles et incendièrent les bâtiments. Pendant près de 10 jours, la plaine du Nord sera le théâtre d’affrontements où près d’un millier de Blancs furent tués, 161 sucreries et 1 200 caféières, brûlées.

C’est en avançant sur le Cap-Français (devenu Cap-Haïtien aujourd’hui) que Boukman, affrontant l’armée française, périra au combat, en héros, à la tête de ses troupes. Passant pour invulnérable, les Français tranchèrent la tête du Hougan Boukman pour l’exposer au Cap, aux yeux des esclaves. Toutefois, cette victoire française ne mit pas fin à la révolte des esclaves. D’autres chefs succèdèrent à Boukman, notamment ses lieutenants Jean-François Biassou et Toussaint qui dirigera la révolution haïtienne.

Forum mondial contre le harcèlement WABF

L’émergence de l’usage des réseaux sociaux chez les jeunes a fait apparaître les cyberviolences et le cyberharcèlement dont les conséquences sont globalement identiques sur le fond, mais infiniment plus rapide dans leurs manifestations et parfois plus radicalement délétères que les harcèlements traditionnels. La violence et le harcèlement en milieu scolaire, y compris le cyberharcèlement, sont fréquents et affectent un nombre important d’enfants et d’adolescents.

Les États membres de l’UNESCO ont déclaré le premier jeudi de novembre, la Journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire, y compris le cyberharcèlement, reconnaissant que la violence en milieu scolaire, sous toutes ses formes, porte atteinte aux droits des enfants et des adolescents.

L’institution spécialisée, internationale, des Nations Unies dont l’objectif est de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité par l’éducation, la science et la culture, a participé à la troisième édition du Forum mondial contre le harcèlement (WABF) qui s’est déroulée à Stockholm, en Suède, du 1er au 3 novembre 2021.

L’UNESCO s’implique dans l’organisation de cet événement après une première participation réussie, lors de l’édition 2019 du WABF, à Dublin. Elle travaille en étroite coopération avec les organisateurs du Forum. En témoignage de ce partenariat rapproché, en collaboration avec les organismes du Forum, l’UNESCO et le WABF ont organisé ensemble, cette année, une pléiade d’activités. En premier lieu, les deux organisations ont créé un groupe de travail (codirigé par les deux institutions) composé d’experts qui travaillent à la révision de la définition du harcèlement et du cyberharcèlement. Cette fructueuse collaboration entre l’UNESCO et le WABF a favorisé la tenue d’une série de réunions thématiques, internationales, virtuelles, axées sur différents aspects du harcèlement. Chacune de ces réunions thématiques visait à contribuer directement à l’édition 2021 du WABF. Pour marquer l’ampleur de cet événement, les organisateurs ont évoqué de nombreuses thématiques relatives à la lutte contre le harcèlement, parmi lesquelles : l’approche éducative globale pour la prévention du harcèlement en milieu scolaire ; la définition du harcèlement en milieu scolaire ; le harcèlement impliquant des enfants et des jeunes handicapés ; le rôle des enseignants dans la lutte contre le harcèlement.

Cette année, la Journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire y compris le cyberharcèlement, a été célébrée ce jeudi 4 novembre autour du thème : «Lutter contre le cyberharcèlement et d’autres formes de violences en ligne, impliquant des enfants et des jeunes.» Cette journée vise à sensibiliser, à l’échelle mondiale, le public face au problème de la violence en ligne et du cyberharcèlement, à ses conséquences et à la nécessité d’y remédier. Elle suscite également l’attention des élèves, des parents, des autres autorités éducatives, des professeurs, de divers secteurs et partenaires, y compris le secteur de la technologie, sur ce problème pour les encourager à contribuer à la prévention de la violence en ligne, afin de garantir la sécurité et le bien-être des enfants et des jeunes.

Smith Prinvil

Faux enlèvement, vraies arrestations

Deux personnes ont été appréhendées par la Police Nationale d’Haïti, du côté de Jacquet Thybill (Delmas 83), accusées d’avoir simulé un enlèvement suivi de demande de rançon.

Anse-à-Pitres : la police municipale empêche le passage des Dominicains

Le vendredi 5 novembre, le Corps spécialisé de sécurité frontalière terrestre (CESFRONT) a informé que la Police Municipale d’Haïti empêchait le passage des ressortissants dominicains à Anse-à-Pitres, pour une raison non connue.

Démenti de la Primature 

La Primature dément catégoriquement la fausse information circulant sur les réseaux sociaux, selon laquelle la résidence du Premier Ministre, Ariel Henry, aurait été victime d’une attaque armée. Ce n’est que de l’intoxication.

USA : don de 100 000 vaccins

Le jeudi 4 novembre, dans le cadre du programme COVAX, le Département d’État américain a remis au Ministère de la Santé Publique 100 000 doses de vaccin « Spikevax » (appellation officielle) du Laboratoire MODERNA, alors que la vaccination piétine avec seulement 135 256 doses (en date du 31 octobre, dernière information disponible) de vaccins injectés au total en Haïti depuis le 16 juillet 2021.

Carburant : interdiction aux policiers en uniforme de s’approvisionner

Dans une note publiée le 3 novembre 2021 par le Groupe d’Intervention de la Police Nationale d’Haïti (GIPNH), il est interdit aux policiers en uniforme de faire la queue dans les stations-services pour s’approvisionner en carburant, sous peine de sanction.

COP26 : invitation d’Haïti sur Facebook

Dans le cadre de la 26ème Conférence des Parties COP26 à la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques CCNUCC, le Ministère de l’Environnement d’Haïti vous invite à son événement parallèle, autour du thème : «Haïti : processus du Plan National d’Adaptation». L’événement aura lieu au Pavillon de la Francophonie, le 9 novembre 2021, de 14h45 à 15h45, heure d’Écosse, également en direct sur Facebook.

Véhicule privé, pris pour cible: 5 victimes

Samedi 6 novembre, à Martissant 7, des individus armés ont ouvert le feu sur un véhicule privé, tuant Espéranta Guerrier (95 ans), son chauffeur et blessant grièvement 3 passagers.

Carburant : Cap-Haïtien vit dans le noir

La centrale électrique Jose Marti, faute de carburant, est à l’arrêt. «Au moins 8 000 gallons de diesel par jour sont nécessaires pour le fonctionnement de quatre des huit groupes électrogènes», a déclaré Numa Jean Marra, le Directeur Départemental de l’Électricité d’Haïti (EDH). Pendant ce temps, la ville et sa banlieue vivent dans l’obscurité quand s’en vient la nuit.

Dieuseul Desras, absent de la COP26

Simon Dieuseul Desras, le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe, vu ses responsabilités dans le processus du Plan national de Développement et de Relèvement d’Haïti et du Relèvement de la Péninsule Sud ainsi que ses préoccupations par la crise actuelle, a décidé d’annuler son voyage à Glasgow pour participer à la COP26.

Diaspora : 20ème anniversaire de Coopération entre Fort Lauderdale et Cap-Haïtien

Le mardi 9 novembre 2021, la mairesse du Cap-Haïtien, Yvrose Pierre et son adjoint, Patrick Almonor, sont invités à la célébration du 20ème anniversaire de Partenariat et de Coopération entre les villes de Fort Lauderdale et du Cap-Haïtien, le mardi 9 novembre 2021, de 18h00 à 20h00, au Tower Club, 100 SE 3rd Ave 28th Floor, Fort Lauderdale FL 33394. Le maire adjoint, Patrick Almonor, est aux États-Unis depuis le vendredi 5 novembre, dans le cadre du projet «Destination Cap-Haïtien» pour rencontrer des partenaires étrangers.

Destra Cleenton

Articles Similaires

Back to top button