acceuilActualitéJusticeNewsreel

Liszt Quitel, serait-il un kidnappeur?

Le pasteur Jean Ferret Michel a été enlevé sur ordre du ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Liszt Quitel, selon le RNDDH. Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) a accusé Liszt Quitel d’avoir orchestré le kidnapping du pasteur Jean Ferret Michel qu’il a reproché d’avoir entretenu une relation amoureuse avec sa femme, Barbara Quitel. L’actuel ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Liszt Quitel, est dans la tourmente. Le vendredi 22 octobre, le Directeur Exécutif du Réseau, Pierre Espérance, dans une correspondance, demande au Premier Ministre Ariel Henry d’écarter le suspect de son Gouvernement.

L’étau se resserre au cou de Liszt Quitel, qui occupe aussi le poste de ministre de la Justice, dans le cadre de l’enlèvement du pasteur Jean Ferret Michel. Ce dernier, accompagné de deux (2) autres personnes, a été kidnappé par des bandits armés, portant un uniforme de police, celui de l’UDMO, en date du dimanche 3 octobre 2021, alors qu’il dirigeait un culte d’adoration à l’Église «Jésus Center», à Delmas 29.

De plus, le Réseau National de Défense de Droits Humains (RNDDH) a envoyé une lettre au directeur central de la police judiciaire, Frédéric Leconte, le 21 octobre 2021, pour lui faire part des détails en lien avec l’enlèvement suivi de séquestration contre rançon du pasteur Jean Ferret Michel, en date du 3 octobre. Le RNDDH révèle que cet enlèvement est un acte de vengeance du ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Liszt Quitel, qui aurait été cocufié.

Le RNDDH, qui se fie à ses sources rencontrées, affirme que l’enlèvement du pasteur Jean Ferret Michel constitue en fait un acte de vengeance. Selon le RNDDH, l’homme d’église a été enlevé sur ordre du ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales, Liszt Quitel, qui fait également office de ministre de la Justice et de la Sécurité Publique depuis la révocation de son prédécesseur. Le ministre Liszt Quitel, selon le RNDDH, reproche au pasteur d’avoir entretenu une relation amoureuse avec son épouse, la dame Barbara Quitel, alias Barbie, alors que les couples Quitel et Michel se fréquentaient régulièrement. «La relation entre le pasteur Jean Ferret Michel et Barbara Quitel, alias Barbie, a d’ailleurs occasionné plusieurs scandales par le passé. Cependant, depuis quelque temps, le pasteur avait mis fin à cette relation», a rapporté l’institution qui mentionne, qu’en dépit de la décision du pasteur, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Liszt Quitel, avait fait savoir autour de lui qu’il lui ferait payer cet impair. Ainsi, selon ce qui a été rapporté au RNDDH avant et après l’enlèvement, des rumeurs circulaient autour de la préparation de la perpétration de cet acte barbare.

Le RNDDH estime que la dame Barbara Quitel, alias Barbie, est en mesure d’aider la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), dans son enquête autour de ce dossier. En ce sens, il recommande vivement au directeur de la DCPJ d’auditionner la dame Barbara Quitel, alias Barbie, en vue de libérer les victimes et de mettre aux arrêts tous ceux qui ont participé à cet acte révoltant.

Dans une note publiée le jeudi 21 octobre 2021, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) se dit indigné face à la montée de l’insécurité en Haïti, caractérisée par des cas de kidnapping et d’assassinat. L’OPC exprime ses préoccupations à la suite des accusations portées contre le ministre de l’Intérieur et de la Justice par intérim, tout en demandant au gouvernement d’en tirer les conclusions.

À travers cette note, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) se montre très préoccupé par la situation d’insécurité qui sévit dans le pays. Le Protecteur du Citoyen, Me Renan Hédouville, rappelle des cas d’enlèvements enregistrés touchant diverses couches de la société dans le pays, ces derniers temps. L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) déplore le fait que le leader de l’Église, Jésus Center, le pasteur Jean Michel Ferrer, soit toujours entre les mains de ses ravisseurs, en dépit de fortes rançons versées par ses parents. S’agissant des accusations d’enlèvement et de séquestration révélées contre le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales et ministre de la Justice et de la Sécurité Publique par intérim, Liszt Quitel, l’OPC demande au gouvernement de tirer des conclusions.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button