acceuilActualitéCulture & SociétéNewsreel

Pas de pression sur Haïti…

Le vendredi 1er octobre, en conférence de presse à l’Ambassade américaine à Tabarre, Brian Nichols, Secrétaire adjoint aux Affaires des Amériques et Juan Gonzalez, Assistant spécial du Président Biden et Directeur principal du conseil de sécurité nationale ont fait le point sur la mission de 48 heures en Haïti, durant laquelle, ils ont rencontré les représentants de secteurs clés autour de la crise, ainsi que les autorités gouvernementales.

«J’ai rencontré des acteurs politiques haïtiens pour réaffirmer le soutien des États-Unis pour une solution dirigée par les Haïtiens qui est inclusive entre les acteurs politiques, économiques et de la société civile, afin de renforcer les institutions haïtiennes. J’ai également réitéré notre soutien aux discussions inclusives avec la société civile et les acteurs politiques, menant à des solutions dirigées par les Haïtiens, et notre désir de justice, dans le cadre de l’assassinat du Président Moïse. Aucune solution imposée de l’extérieur ne sera efficace pour Haïti», a déclaré l’émissaire américain Brian Nichols.

L’émissaire qui dit avoir été impressionné par l’étendue des accords de sortie de crise et la solidité de celui de Montana, indiquant avoir encouragé les acteurs haïtiens à se mettre ensemble, afin de forger une vision commune pour l’avenir d’Haïti. Il affirme: «la transition en Haïti durera autant que nécessaire pour permettre à une grande majorité d’haïtiens d’arriver à une entente», étant convaincu que «les acteurs politiques doivent se mettre ensemble pour forger une vision unique, dans l’intérêt de la Nation.»

Par ailleurs, Nichols a évoqué sa réunion avec le Premier Ministre Henry et le Chancelier Joseph, au sujet de la crise migratoire, et avoir réitéré l’engagement américain pour un rapatriement des migrants en Haïti dans des «conditions humaines».

Sur ce sujet, Juan Gonzalez, l’Assistant spécial du Président Biden, s’est excusé pour la façon dont les migrants haïtiens avaient été traités le long de la frontière américano-mexicaine, notamment par la patrouille à cheval des gardes frontaliers, affirmant «ce n’est pas la façon dont les agents des frontières ou le Ministère de la Sécurité Intérieure se comportent.»

«Je veux présenter nos excuses. Je veux préciser que ces agents n’ont pas reçu d’ordre du Département de la Sécurité intérieure. Le secrétaire à la Sécurité intérieure, après avoir visionné ces images, a présenté ses excuses et donné des directives pour que cela soit rectifié. Les migrants venus d’Haïti et tous les migrants en général doivent être traités avec dignité». Ces traitements avaient été condamnés par Joe Biden qui, en tant que Président, en avait accepté l’ultime responsabilité.

À rappeler que le jeudi 30 septembre, l’Ambassadeur Brian Nichols, l’Assistant du Secrétaire d’État américain pour l’hémisphère, accompagné de Juan Gonzalez, Directeur principal des affaires de l’hémisphère occidental au Conseil de sécurité nationale, à la tête de la délégation américaine, a rencontré divers acteurs politiques et de la Société civile, à l’Ambassade américaine à Port-au-Prince, sur la situation politique en Haïti. À l’issue de ces rencontres, l’Ambassadeur Brian Nichols a déclaré que la Maison Blanche n’entendait pas imposer une solution ou une feuille de route à Haïti. «Nous n’exerçons pas de pression pour des élections à court terme. Nous soutenons une solution inclusive, trouvée par des Haïtiens, face à leurs défis».

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button