Site icon Journal Haïti Progrès – Haitian #1 Newspaper – Jounal Ayiti

Installation d’un autre serviteur du régime PHTK

PHTK

Le jeudi 16 septembre 2021, lors d’un Conseil des Ministres tenu à sa résidence officielle, le Premier ministre, Ariel Henry, a procédé à l’installation de Josué Pierre-Louis comme nouveau Secrétaire Général du Conseil des ministres, avec rang de ministre, dont la nomination a été publiée dans le Journal officiel, «Le Moniteur» Spécial #44, en date du 15 septembre. Il remplace à ce poste Renald Lubérice qui a été révoqué.

À rappeler que Josué Pierre-Louis a servi les régimes pourris du PHTK sous Martelly et Jovenel (Version 1 et 2), comme Ministre de la Justice et de la Sécurité publique (2011) ; Secrétaire général de la présidence (2012) ; Président du Conseil Électoral Provisoire (2012); Envoyé extraordinaire et plénipotentiaire d’Haïti auprès de l’Union européenne, auprès du Royaume de Belgique, du Royaume des Pays-Bas et du Grand-Duché de Luxembourg. De 2015 à 2016, Secrétaire Général de la Primature ; avril 2017, Coordonnateur Général de l’Office de Management et des Ressources humaines (OMRH), avec rang de ministre. Ancien étudiant de l’École Nationale d’Administration française (ENA) et de l’École Nationale de la Magistrature française (ENM), il est détenteur d’un doctorat en droit, de l’Université Paul Cézanne Aix-Marseille III.

De plus, le mercredi 15 septembre 2021, dans le Journal officiel «Le Moniteur» Spécial #44, un arrêté a confirmé la nomination de Liszt Quitel (actuellement Ministre de l’Intérieur) comme Ministre a. i. de la Justice et de la Sécurité Publique. Il remplace à ce poste Me Rockfeller Vincent dont la révocation qui avait été annoncée le lundi 14 septembre mais non confirmée, est maintenant confirmée.

Réagissant à sa révocation, l’irritant Rockfeller Vincent a déclaré : « la confiance que Son Excellence, Jovenel Moïse, a placée en moi, m’a permis de servir mon pays comme Directeur Général de l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC), puis comme Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, avec dignité, compétence, loyauté et le sens du service public, après ma longue carrière dans la Magistrature. Haïti a l’obligation de rendre Justice à son Président crapuleusement assassiné… C’est une question de dignité nationale. Je compte sur l’indépendance de la Justice de mon pays pour faire jaillir la lumière sur ce cas emblématique et tous les autres cas en souffrance. »

Un second arrêté avait nommé le citoyen Josué Pierre Louis Secrétaire Général du Conseil des Ministres, avec rang de Ministre. Il remplace à ce poste Renald Lubérice qui a démissionné le même jour de la publication de cet arrêté. Dans sa lettre de démission datée du 15 septembre, adressée aux membres du Conseils des Ministres, il écrit ce qui suit:

«Un faisceau d’indices accrédite la thèse d’une participation active du Premier ministre Ariel Henry dans l’assassinat crapuleux du Président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse. De ce fait, le Commissaire du Gouvernement a. i. Me Bed-Ford Claude (révoqué depuis) requiert le juge d’instruction, Me Garry Orélien, le 14 septembre 2021, d’instruire sur les informations confirmant les appels téléphoniques entre Monsieur Ariel Henry et le fugitif Joseph Félix Badio, dans la matinée du sordide attentat.

Vous comprendrez bien que je ne saurais me maintenir au Secrétariat Général du Conseil des ministres sous la direction d’une personne nommée par Jovenel Moïse, accusée (de) son assassinat, et qui n’entend pas coopérer avec la justice, cherchant, au contraire, par tous les moyens, à en faire obstruction.

Je (sais) donc gré aux membres du Conseil des ministres de considérer ma démission, conformément aux articles 133 et 149 de la Constitution, conférant l’exercice des attributions du Président de la République au Conseil des ministres, dès réception de la présente. Puisse chaque ministre se mettre à la hauteur de sa mission, à ce carrefour historique. »

Enfin, un 3e et dernier arrêté, publié dans le même numéro du « Moniteur », décrète l’état d’urgence pour une nouvelle période d’un mois dans les départements du Sud, des Nippes et de la Grand’Anse.

Le lundi 13 septembre 2021, le Premier Ministre a. i., Ariel Henry, lors d’un Conseil des Ministres en sa résidence officielle, convoqué pour entériner l’accord fait avec des partis politiques et des représentants de la Société civile, avait annoncé les révocations de Rockfeller Vincent, le Ministre de la Justice, de Me Bed-Ford Claude, le Commissaire du Gouvernement, et de Rénald Lubérice, le Secrétaire Général du Conseil des Ministres, malgré les objections du Conseil des Ministres sur cette décision.

Rappelons que le jour même, le Ministre Vincent, dans une lettre adressée à Léon Charles, le Directeur Général a. i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH), avait tenté de reprendre le contrôle sur la PNH, précisant: «Le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique estime opportun de souligner à tous les agents de la Police Nationale d’Haïti, quelle que soit l’Unité spécialisée à laquelle ils sont affectés, que, suivant les dispositions de la loi du 29 novembre 1994 portant création, organisation et fonctionnement de la Police Nationale d’Haïti, notamment en son article 4, la Police Nationale d’Haïti relève du Ministère de la Justice et est placée sous l’autorité du titulaire du Ministère.

Le Ministre, supérieur hiérarchique direct de qui vous recevez toutes vos instructions, précise, pour dissiper toute confusion de rôles, que le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) ne dispose fondamentalement que d’un pouvoir consultatif sur les grandes orientations de la politique d’action de la Police nationale. Le titulaire du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique vous instruit d’ordonner à tous les officiers de la PNH de n’exécuter aucun ordre d’autorité politique qui ne détient une telle compétence, encore moins si cet ordre est entaché d’illégalité. La responsabilité personnelle et/ou pénale de tout contrevenant sera engagée, et des sanctions administratives et/ou pénales seront exigées et prises».

Par ailleurs, rappelons que le mardi 14 septembre écoulé, le Premier ministre de facto, Ariel Henry, devait se rendre au parquet à l’invitation de Bed-Ford Claude, l’ex-Commissaire du Gouvernement, pour s’expliquer sur le contenu de deux appels téléphoniques passés la nuit de l’assassinat du Président Moïse, avec Joseph Félix Badio (l’un des principaux suspects dans l’assassinat de Jovenel Moïse, en fuite et activement recherché) comme il apparaît sur les relevés téléphonique remis par la DIGICEL. Ce qu’il n’a pas fait…Quant à Rénald Lubérice, ses prises de positions et ses déclarations publiques qui dépassaient largement ses attributions en dérangeait plus d’un, le Premier Ministre inclus…

L’arrêté confirmant la décision du Premier Ministre, officialisant ces révocations, a été publié au journal Officiel « Le Moniteur ». Cette décision met fin aux tensions qui existaient entre ces trois personnes et le Premier Ministre a. i. de facto. La bataille entre des copains / copines (Phtkistes/Jovenélistes) fait rage.

Emmanuel Saintus

Exit mobile version