acceuilActualitéEconomie & FinancesNewsreel

La lutte entre clans «PHTKistes» et Jovenélistes…

Le Commissaire du Gouvernement a. i révoqué, Bed-Ford Claude, interdit au premier ministre Ariel Henry de quitter Haïti. Quelle blague!!! Un ancien commissaire du Gouvernement a. i en poste a mis un ordre d’interdiction de départ contre un Premier Ministre en fonction, chef de l’administration publique.

Dans une correspondance adressée au Directeur général de l’Immigration et de l’Émigration, Joseph Cianciulli, le Commissaire du Gouvernement de Port-au-Prince, Bed-Ford Claude, demande au D. G. de passer des instructions nécessaires, afin d’interdire au chef du gouvernement actuel de quitter le pays. Le Commissaire du Gouvernement de Port au Prince, révoqué, maître Bed-Ford Claude, a pris cette mesure d’interdiction de départ contre le Premier Ministre Ariel Henry qui a boudé son invitation, ce mardi 14 septembre 2021.

Ariel Henry devait s’expliquer sur ses contacts téléphoniques durant la nuit du 07 juillet dernier, avec Joseph Félix Badio, l’un des principaux suspects dans l’affaire de l’assassinat de Jovenel Moïse. Le téléphone de Badio étant localisé à Pèlerin 5, non loin de la résidence du chef de l’État, peu après le crime. Fait inhabituel, maître Bed-Ford Claude a pris sa décision quelques minutes seulement après l’échéance de l’invitation. Le Premier Ministre Henry ne peut donc quitter le pays par voie maritime, aérienne ou terrestre, jusqu’à nouvel ordre, pour «présomptions graves concernant l’assassinat du Président Jovenel Moïse». Le directeur du service de l’Immigration et de l’Émigration, Joseph Cianciulli, a été instruit en ce sens. De plus, le lundi 13 septembre 2021, le Premier Ministre a. i. de facto, Ariel Henry, lors d’un Conseil des Ministres en sa résidence officielle, convoqué pour entériner l’accord fait avec des partis politiques et des représentants de la Société Civile, a annoncé les révocations de Rockefeller Vincent, le Ministre de la Justice, de Me Bed-Ford Claude, le Commissaire du Gouvernement et de Renald Lubérice, le Secrétaire Général du Conseil des Ministres, malgré les objections du Conseil des Ministres sur cette décision. Le bras de fer que livraient les trois hommes avec le Premier Ministre était visible. Après avoir signé les samedi 11 et dimanche 12 septembre, dans la résidence officielle du Premier Ministre à Musseau, «l’Accord politique pour une gouvernance apaisée et efficace de la période intérimaire», le chef du gouvernement Ariel Henry a présidé le lundi 13 septembre un conseil des ministres spécial pour entériner ce pacte trouvé avec des partis politiques qui étaient jadis dans l’opposition.

Rappelons que le jour même, le Ministre Vincent, dans une lettre adressée à Léon Charles, le Directeur Général a. i. de la Police Nationale d’Haïti (PNH), avait tenté de reprendre le contrôle sur la PNH, précisant: « Le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique estime opportun de souligner à tous les agents de la Police Nationale d’Haïti quelle que soit l’Unité spécialisée à laquelle ils sont affectés que, suivant les dispositions de la loi du 29 novembre 1994, portant création, organisation et fonctionnement de la Police Nationale d’Haïti, notamment en son article 4, la Police Nationale d’Haïti relève du Ministère de la Justice et est placée sous l’autorité du titulaire du Ministère. Le Ministre, supérieur hiérarchique direct de qui vous recevez toutes vos instructions précises, pour dissiper toute confusion de rôles, (rappelle) que le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) ne dispose fondamentalement que d’un pouvoir consultatif sur les grandes orientations de la politique d’action de la Police nationale. […] le titulaire du Ministère de la Justice de la Sécurité Publique vous instruit d’ordonner à tous les officiers de la PNH de n’exécuter aucun ordre d’autorité politique qui ne détient une telle compétence, encore moins si cet ordre est entaché d’illégalité. La responsabilité personnelle et/ou pénale de tout contrevenant sera engagée, et des sanctions administratives et/ou pénales seront exigées et prises.

L’arrêté confirmant la décision du Premier Ministre, officialisant ces révocations devrait être publié sous peu au journal Officiel «Le Moniteur». Cette décision met fin aux tensions qui existaient entre ces trois personnes et le Premier Ministre a. i. de facto.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button