acceuilActualitéInsécurité & BanditismeJustice

Le poids de l’effet du séisme, encore présent dans les régions touchées

À Camp-Perrin, la gestion des cadavres toujours sous les décombres, pose problème, selon le maire de la commune, Carla Nicolas. Elle a également déploré que l’ensemble de l’aide se concentre à Marcelline, section la plus touchée (environ 500 morts), alors que le reste de la commune a aussi besoin d’une assistance. Parallèlement, dans la Grand’Anse, la vie tend à reprendre, deux semaines après le tremblement de terre. Même si la situation est loin d’être revenue à la normale, une légère amélioration est constatée.

Environ 540 000 enfants, dans le Sud-Ouest d’Haïti frappé par le séisme, sont désormais confrontés à une possible résurgence de maladies d’origine hydrique, a averti aujourd’hui l’UNICEF.

Les conditions drastiques, dans le Sud-Ouest d’Haïti où plus d’un demi-million d’enfants n’ont pas accès à un abri, à de l’eau potable et à des installations d’hygiène, augmentent rapidement la menace d’infections respiratoires aiguës, de maladies diarrhéiques, de choléra et de paludisme.

«La vie de milliers d’enfants et de familles touchés par le séisme est désormais en danger, simplement parce qu’ils n’ont pas accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène», a déclaré Bruno Maes, Représentant de l’UNICEF en Haïti. «Le choléra n’a pas été signalé en Haïti, depuis février 2019, mais sans action urgente et plus ferme, la réémergence du choléra et d’autres maladies d’origine hydrique est une menace réelle qui augmente de jour en jour».

Avant le séisme, seul plus de la moitié des établissements de santé dans les trois départements les plus touchés par le séisme avaient un accès aux services de base d’approvisionnement d’eau. Au lendemain du séisme, près de 60 % des habitants des trois départements les plus touchés n’ont pas accès à l’eau potable.

Une semaine après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, l’UNICEF a expédié plus de 65 000 comprimés de purification d’eau, 41 réservoirs souples, trois unités de traitement d’eau et des kits d’hygiène familiale. L’UNICEF a déjà commandé 31 200 kits d’hygiène supplémentaires. L’UNICEF est la seule agence des Nations Unies à fournir de l’eau potable à la population touchée, et elle vise à atteindre 500 000 personnes avec un appui en eau, assainissement et hygiène.

Une semaine après le séisme, après le constat effectué par une équipe du ministère des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC), le pont de la ville de Jérémie a été fermé à la circulation des poids lourds. L’interdiction a été faite par le titulaire du ministère des Travaux publics, Transports et Communications, Wilson Édouard, qui était en visite à Jérémie. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les opérations d’urgence pour venir en aide aux victimes et sur la vie économique du département.

Accompagnés du ministre du MTPTC, Wilson Édouard, deux ingénieurs de l’armée américaine ont évalué le pont Dumarsais Estimé, le samedi 28 août. Selon le titulaire dudit ministère, ces derniers ont confirmé l’étude réalisée par des ingénieurs de l’État haïtien, ce qui veut dire «la structure métallique devrait bien faire l’objet d’une interdiction à la circulation et doit être remplacée, vite fait, par un autre pont».

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button