acceuilActualitéInsécurité & BanditismeNewsreel

La nouvelle année scolaire, sur fond de désaccord

Après des jours de tergiversation, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle ainsi que le gouvernement dont il fait partie ont opté pour une rentrée des classes à deux vitesses.

Le gouvernement d’Ariel Henry a décidé de modifier le calendrier scolaire, établi préalablement par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) et qui prévoyait 196 jours de classe, en raison de la catastrophe provoquée par le séisme du 14 août dans les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse. Ainsi, les nouveaux calendriers commencent le 21 septembre, pour les 7 départements qui ont été épargnés par le tremblement de terre du 14 août dernier, et le 4 octobre pour les départements du Sud, des Nippes et de la Grand’Anse.

Selon le Premier ministre Ariel Henry qui a annoncé la nouvelle, en présence de la ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Marie Lucie Joseph, le jeudi 2 septembre, lors d’un point de presse à la suite d’un Conseil des ministres qui a statué sur la question, cette décision résulte du constat du nombre d’écoles détruites ou endommagées (plus de 266, selon un bilan provisoire du MENFP), et les difficultés auxquelles les parents font face. Le chef du gouvernement a promis d’apporter des allocations aux parents d’élèves et aux enseignants décapitalisés de la péninsule du Sud, affectés par le tremblement de terre, à l’occasion de cette rentrée des classes différée.

Le Premier Ministre, M. Ariel Henry, a assuré qu’il y aura une intensification des activités pour nettoyer les sites des écoles endommagées par le tremblement de terre. Il promet que les élèves des écoles congréganistes, privées et publiques seront au même pied d’égalité. Le chef de l’exécutif a fait état de subventions aux enseignants et écoles, sans fournir de précision.

Après avoir adopté cette mesure, plusieurs structures syndicales ont fortement critiqué cette décision du MENFP qui, selon eux, va créer un conflit entre les directeurs d’école et les parents. Ces syndicalistes croient qu’il serait de bon ton que le gouvernement opte pour une rentrée générale en octobre, afin d’éviter de dupliquer le nombre de vitesses du système éducatif haïtien qui est déjà de deux poids et deux mesures.

Parallèlement, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a publié les résultats des épreuves officielles de la 9e année fondamentale pour les départements du Nord, du Nord-Est et du Nord-Ouest, au cours de cette même semaine. Le Nord affiche un taux de réussite de 91 %, soit 16 830 candidates et candidats admis sur 18 510 participantes et participants. Le taux de réussite dans le Nord-Est est de 72 %, soit 5 717 élèves admis sur 7 934 participantes et participants. Le Nord-Ouest accuse également un taux de réussite de 72 %, soit 6 552 admises et admis sur 9 130 participantes et participants.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker