acceuilActualitéEn bref

Nouvelles en bref

Enlevée, après avoir été bastonnée dans sa résidence privée

Étudiante finissante en médecine, Ludjane Jean-Gilles, bastonnée, a été enlevée chez elle, dans la soirée du samedi 17 au dimanche 18 juillet 2021, à Bon-Repos. L’action est l’œuvre d’individus armés, non cagoulés, selon les confessions d’une source proche de sa famille. Jusqu’à dimanche soir, 8 heures, ses ravisseurs étaient sans réaction. Des individus armés ont fait irruption dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 juillet 2021, en la résidence privée de l’étudiante finissante en médecine, Ludjane Jean-Gilles, où elle vit avec ses parents. Après avoir pénétré dans la maison située à l’Impasse Rosembert, sans cagoule, selon une source proche de sa famille, les ravisseurs l’ont brutalisée ainsi que sa mère. «Après ces actes de violences, ils ont enlevé la jeune fille, sous les yeux de ses parents», a crié cette source proche. Depuis lors, les malfrats n’ont donné aucun signe de vie. Ils n’ont pas appelé ses proches pour exiger une rançon en échange de sa libération, a déclaré notre informateur, ce qui augmente l’inquiétude de la famille de la victime, dit-il. Cette source a aussi révélé que, quelques mois de cela, un groupe d’hommes armés avaient cambriolé, en pleine nuit, la maison de cette famille.

Helidosa – assassinat : la compagnie dominicaine Helidosa a transporté Christian Emmanuel Sanon

La compagnie dominicaine de transport aérien privé, «Helidosa», propriété de l’entrepreneur et ex-candidat à la présidence, Gonzalo Castillo, a bien transporté 3 citoyens américains dans un vol privé de Floride en Haïti, dans l’avion immatriculé HI949, dont Christian Emmanuel Sanon, désigné par la justice haïtienne, comme étant l’un des présumés auteurs intellectuels de l’assassinat du Président Jovenel Moïse. Sanon était accompagné de deux autres personnes nord-américaines.

Alex Castillo, président de la compagnie «Helidosa», précise, dans un communiqué, que ces trois passagers ont passé tous les contrôles d’immigration dans les aéroports par lesquels ils sont sortis et entrés, et que sa compagnie n’avait aucun moyen d’établir que ceux qui utilisaient ses services avaient des fins criminelles. «Nous ne sommes pas une agence de sécurité, ou une agence d’enquête, pour pouvoir le savoir», ajoutant que ces pouvoirs sont détenus par chaque aéroport et les services de migration et de sécurité, pour détecter toute anomalie qui pourrait exister.

Par ailleurs, il a rappelé que c’est également sa compagnie qui a transporté, à Cuba et ramené en Haïti, l’ancien Président Aristide, dans un avion ambulance, tout comme ce fut le cas pour la Première Dame d’Haïti, Martine Moïse, blessée dans l’assassinat de son mari, le Président Jovenel Moïse. Alex Castillo rappelle que sa compagnie a des opérations internationales et a pour mission d’assurer le transport aérien privé: corporatif, touristique et ambulancier. La compagnie dispose de 15 avions et de 24 hélicoptères.

La Colombie demande l’accès aux détenus colombiens

Cette semaine, la Colombie a réitéré sa demande à Haïti de favoriser l’accès, pour ses agents consulaires, aux 18 ex-militaires détenus pour leur implication présumée dans l’assassinat du Président Moïse. Bogota souhaite aussi avoir une date pour le rapatriement des corps des colombiens tués.

Lamothe sollicite de l’ONU la mise en place d’un Tribunal Spécial pour Haïti

«Je suis très préoccupé par les manipulations trompeuses, résultant de cette enquête sur la mort du Président. Pour cette raison, et pour assurer la justice pour Jovenel, je demande au Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, de mettre en place un Tribunal Spécial pour Haïti, similaire au Liban mais en mieux», a déclaré l’ex-premier ministre Laurent Lamothe.

Suivi de la centrale hydro-électrique de Drouet

Nader Joiséus, le ministre des Travaux Publics, a visité cette semaine la Centrale hydro-électrique de Drouet (commune de Liancourt). Dotée d’une capacité de 3 MW, cette centrale dont les travaux de réhabilitation sont achevés à 90% et ceux de la construction du réseau à 60%, alimentera les communes de St-Marc, Verrettes, Liancourt, Petite-Rivière de l’Artibonite, l’Estère, Grande-Saline et des zones avoisinantes. Dès la fin du mois de juillet, plusieurs de ces communes seront électrifiées avant la célébration de leurs fêtes patronales.

Planification des funérailles de Jovenel Moïse

La Commission Départementale Circonstancielle qui participe à la planification des funérailles du Président Jovenel Moïse, assassiné dans sa résidence privée le 7 février dernier, entre 1h00 et 2h00 du matin, est composée de la Délégation Départementale du Nord, de la Mairie du Cap-Haïtien, des vice-délégations, d’autres membres des Collectivités territoriales et de la Société civile du Nord. La Commission prévoit les activités suivantes au Cap-Haïtien:

mercredi 21 juillet 2021: journée d’hommages au défunt Président de la République, Jovenel Moïse, avec dépôts de gerbes de fleurs ;

ouverture d’un registre de condoléances dans les 19 Mairies du Département du Nord, de 10h00 a. m. à 5h00 p. m.

jeudi 22 juillet 2021 : messe patriotique, chantée dans la Basilique Notre-Dame, à compter de 9h00 du matin.

Cette messe sera suivie d’une marche et d’une veillée patriotique dès 6h00 p. m.

Vendredi 23 juillet 2021, au Village SOS : les funérailles du Président Jovenel Moïse seront chantées à 10h00 a. m., en la résidence privée de la Famille Moïse, située dans la localité dénommée Village SOS.

«La Mairie du Cap-Haïtien invite la population du Nord en général et les Capois en particulier, toutes tendances politiques confondues, à rendre un dernier hommage au 58ème Président de la République d’Haïti, un fils authentique du Grand Nord. Paix à son âme !»

Martine Moïse, de retour en Haïti

La veuve de l’ex-président Jovenel Moïse, Martine Moïse, est rentrée au pays le samedi 17 juillet 2021. Elle était aux États-Unis pour se faire soigner, à la suite des blessures qu’elle a essuyées, lors de l’attaque ayant emporté le président Jovenel Moïse, le 7 juillet dernier. Après avoir été transportée d’urgence dans un hôpital de la capitale haïtienne, Martine Moïse était transférée d’urgence aux États-Unis pour recevoir des soins appropriés. En effet, plus d’une semaine après le drame, l’épouse du président défunt est de retour au pays. Celle qui a été laissée pour morte lors de l’attaque, est un élément clé de l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse, selon plus d’un, puisqu’elle était témoin des faits. Elle a été reçue par le premier ministre de facto, Claude Joseph, et d’autres membres du gouvernement. Martine Moïse doit prendre part aux funérailles de son mari, prévues le 23 juillet prochain, au Cap-Haïtien.

Le poète Louis Philippe Dalembert, Prix du livre insulaire 2021

Le mercredi 14 juillet 2021, lors de la 23e édition du Salon international du Livre Insulaire qui se déroule du 13 au 17 juillet 2021 sur l’île d’Yeu Ouessant (France), le Prix du livre insulaire 2021, catégorie poésie, a été décerné au poète et romancier haïtien, Louis Philippe Dalembert, pour son recueil de poésies: «Cantique du balbutiement», publié aux Éditions Bruno Doucey (2020).

Un nouveau séisme à Port-au-Prince

Un séisme de magnitude 4.2 a été enregistré dans la matinée du jeudi 15 juillet, vers 5 heures, dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. La secousse a été faible mais ressentie par les résidents de Delmas, Port-au-Prince et Carrefour, déjà éveillés. L’épicentre du séisme se trouvait dans le département de l’ouest. On ne sait pas si la secousse était ressentie dans la péninsule du sud. Dans les mornes surplombant la capitale, des résidents ont entendu un grondement.

Pas de conditions pour organiser des élections dans le pays

Alors que le Dr Ariel Henry a été nommé premier ministre, le lundi 5 juillet 2021, en vue de la réalisation des élections générales, le 26 septembre 2021 en Haïti, et que le décret électoral a été publié par le Conseil Électoral Provisoire (CEP), des partis d’opposition continuent de rejeter le processus électoral dans les conditions actuelles. «Il n’y a aucune intention d’organiser les élections, ce qu’ils veulent organiser n’est qu’une sélection. Ils peuvent même commencer par publier un décret dès aujourd’hui avec la liste des élus», ironise Camille Chalmers, porte-parole de Rasin Kan Pèp la. «Nous rejetons le décret électoral scélérat, adopté ce 3 juillet 2021, en Conseil des Ministres. Jovenel Moïse, qui a gangstérisé le pays, est le principal obstacle à l’organisation des élections», affirme, pour sa part, Me André Michel, porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire (SDP), sur son compte twitter. Soulignant combien aucune condition n’est réunie pour organiser les élections en Haïti, le SDP prévient que des citoyennes et citoyens vont perturber toutes élections mal fagotées.

L’UNESCO demande une enquête sur le meurtre du journaliste Diego Charles

Dans un communiqué de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), en date du 6 juillet 2021, la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a condamné les meurtres du journaliste Diego Charles et de plusieurs autres personnes, survenus le 30 juin à Port-au-Prince, la capitale d’Haïti. «Je condamne cette violence absurde, et notamment le meurtre du journaliste Diego Charles. Je demande aux autorités d’enquêter sur ce crime et de veiller à ce que les responsables soient traduits en justice. Aucune société ne peut se développer correctement, tant que des criminels empêchent les journalistes d’exercer leur devoir professionnel de nous informer», a fait savoir la directrice de l’UNESCO, dans son communiqué.

Une messe à la mémoire du journaliste assassiné, Diego Charles

Une messe de requiem a été célébrée, le samedi 17 juillet 2021, à l’église Saint-Louis Roi de France, à Turgeau, Port-au-Prince, à la mémoire du journaliste Diego Charles, de Radio Vision 2000, tué par balles, dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 juin 2021, devant sa résidence, à la rue Acacia, à Christ-Roi. Cette messe a été réalisée à l’initiative de plusieurs associations de journalistes, dont l’Association des Journalistes Haïtiens (AJH), l’Association haïtienne des Journalistes économiques pour le Développement durable (AHJEDD) et la Solidarité des femmes haïtiennes journalistes (SOFEHJ), de concert avec Radio Vision 2000. Rappelons tout de même que les funérailles de Diego Charles ont été chantées, le mardi 13 juillet 2021, en la chapelle Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse à Jérémie, département de la Grand-Anse.

L’OPL prend ses distances du gouvernement d’Ariel Henry

Contrairement aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux, quant à la formation d’un gouvernement par le Premier ministre nommé, Ariel Henry, le parti politique Organisation du Peuple en Lutte (OPL) annonce ne pas être partie prenante d’un tel projet. Le parti condamne de tels agissements qu’il juge malhonnêtes, affirmant n’être d’aucune façon, de loin ou de près, associé à une quelconque formation de gouvernement ne reflétant pas l’urgente nécessité d’un consensus national. Par ailleurs, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) exprime ses préoccupations face à la dégradation des conditions de vie des personnes déplacées, à la suite des affrontements entre bandes armées dans leurs quartiers. L’OPC soutient qu’il est une obligation juridique pour l’État, de prendre en charge ces personnes.

L’UEH attristée par la mort de Jovenel Moïse

Le Conseil exécutif de l’Université d’État d’Haïti (UEH) s’est dit affligé par la nouvelle de l’assassinat du président Jovenel Moïse, dans une note publiée, le mercredi 14 juillet. «Le Conseil exécutif est très choqué par cet acte barbare et ignoble, commis sur la personne du premier mandataire de la nation et contre les institutions de la République», écrit ledit Conseil, réclamant que la lumière soit faite, le plus rapidement possible, sur la mort du président Moïse et exhorte au rassemblement des forces politiques, sociales, économiques et morales, dans un souci de dépassement de leurs différences, pour identifier les voies les plus sûres pouvant conduire à des solutions durables et au relèvement de la nation.

Gessica Généus, honorée à Cannes

En 90 minutes, «Freda», film de la réalisatrice Gessica Généus, a cerné la complexe crise haïtienne actuelle, à travers une famille monoparentale, à la merci des conditions difficiles d’existence, et de la violence dans les quartiers populaires. «Freda», produit par Jean-Marie Gigon, concourt actuellement pour la «Caméra d’or», distinction décernée à un premier film présenté en sélection officielle à la Semaine de la critique ou à la Quinzaine des réalisateurs. Le film est aussi en lice pour le prix «Un certain regard», catégorie dans laquelle il a été sélectionné pour cette 74e édition du festival. L’accueil réservé à «Freda» a été une agréable surprise sur la Croisette. 8 minutes d’un chaleureux standing ovation à Cannes, dans la salle Debussy du Palais des festivals. Avant de se mettre debout, alors que défilait le générique, les spectateurs applaudissaient déjà, dès la fin de la projection de «Freda». Vingt minutes, rapportent les experts en la matière, c’est le temps qu’a duré les salves d’applaudissements (debout et assis), le mercredi 14 juillet 2021. Les applaudissements ont plu à Cannes. «Freda» a plu. «Freda» a séduit le public. Les étrangers et la petite poignée d’Haïtiens présents dans la salle, tous ont été émus. Tout le monde a applaudi. Succès absolu au festival, plus de 90 % du public présent au début de la projection, est resté jusqu’à la fin. Aucun passage du film n’a été hué. Hasard du calendrier, «Freda», majoritairement tourné en créole haïtien (un choix de résistance de la part de la réalisatrice), a été projeté pour la toute première fois dans un festival, le jour de la prise de la Bastille.

Les déplacés du camp La Piste se plaignent

Les handicapés du camp «La piste», qui se sont réfugiés à l’école communale de Pétion-Ville, depuis environ un mois, pour fuir la violence qui sévit au bas de Delmas, continuent de vivre dans des conditions difficiles, après leur déplacement. Ces sinistrés demandent à l’État de prendre des dispositions pour les reloger dans un espace approprié.

L’odeur fétide qui se dégage dans la grande salle de classe de l’école communale de Pétion-Ville, accueillant les handicapés sinistrés du camp «La piste», nous parvient depuis le seuil de la porte de l’institution. Dans cet environnement délétère, les personnes tétraplégiques ou celles présentant des difficultés les empêchant de bouger, couchent sur des linges ou des matelas posés à même le sol. Les sacs de couchage, les sacs de voyage et des matelas usés sont installés dans des coins qui délimitent la frontière des voisins. Pas de place pour l’intimité. La promiscuité est criante. 565 personnes s’entassent dans cet endroit, si l’on se fie aux données fournies par Jean Négot Bonheur Delva, le directeur de l’Office National de la Migration (ONM), en conférence de presse, le 24 juin dernier. Selon le directeur général de l’ONM, l’institution qu’il dirige a recensé plus de 8 550 déplacés internes, dont 4 964 femmes et 3 586 hommes, dans 7 sites identifiés par l’ONM. Les camps sont répartis ainsi :

* le centre sportif de Carrefour avec 1 115 personnes, dont 603 femmes et 512 hommes;

* dans les locaux de l’Armée du Salut, à Delmas 2, l’ONM identifie 1 482 déplacés, soit 1 037 femmes et 445 hommes;

* à l’école communautaire de Delmas 103, on dénombre un effectif de 565 personnes, pour la plupart des handicapés;

* au parc Celtic de Solino, l’ONM a enregistré 1 112 personnes, parmi lesquelles 668 femmes et 444 hommes; 152 personnes ont été transférées à un camp à Poste-Marchand: 82 femmes et 70 hommes;

* le Village BNC accueille 1 499 personnes, dont 997 femmes et 502 hommes;

* le terrain Issa, à Tabarre, abrite 2 625 personnes: 1 304 femmes et 1 321 hommes.

* plus de 2 704 familles sont répertoriées pour l’ensemble de ces sites d’hébergement.

Selon la secrétaire d’État à l’Intégration des personnes handicapées, Soinette Désir, l’État travaille sur un plan de relogement de toutes les personnes déplacées, de concert avec l’OIM et l’Unité de construction de logements et de bâtiments publics (UCLBP).

Altidor Jean Hervé / Destra Cleenton

Articles Similaires

Back to top button