acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

Jovenel Moïse «tape» ses opposants…

Ceux qui refusent de suivre la voie du dictateur Jovenel Moïse, le premier paysan néolibéral, sont châtiés et sévèrement punis. Certains ont vu leurs business pillés, vandalisés, certains ont dû prendre l’exil, d’autres sont assassinés.

Dans une note datée du 24 juin 2021, le Mouvement de la 3ème Voie (MTV Haïti) a dénoncé les persécutions politiques contre son président, Réginald Boulos, convaincu qu’il s’agit d’une instrumentalisation de l’ULCC pour faire cesser les actions de MTV Haïti contre le référendum.

Dans le cadre d’une enquête sur les prêts de l’ONA de plus de 2 milliards de gourdes et 65 millions de gourdes versés par l’ONA à l’Étude notariale de l’ancien Premier Ministre, Jean Henry Céant, Me Hans Jacques Ludwig Joseph, Directeur Général de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), a ordonné, le 23 juin dernier, aux institutions bancaires, de geler 260 millions de gourdes de plusieurs personnes ayant des liens avec Real Business Investissement (RBI) dont l’homme d’affaires, Pierre Réginald Boulos, est le PDG.

L’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) a ordonné aux institutions bancaires, le mercredi 23 juin, de geler la somme de 260 millions de gourdes sur les comptes d’Isabelle Valmey, Pierre Réginald Boulos, Ursil Pierre, Emelyne Girova Brice, Sébastien Boulos, Melissa Régine Boulos, Natacha Blanc et l’entreprise Real Business Investissement. L’homme d’affaire avait été déjà auditionné, dans le cadre de cette affaire. Monsieur Boulos assure avoir respecté les conditions de prêt de l’ONA. En réaction, le mouvement MTV Haïti condamne une vaste opération de persécution politique contre son président, le docteur Réginald Boulos. Les responsables de cette structure déplorent également l’action en justice ouverte contre le coordonnateur du parti à Jacmel, Leriche Moïse. Dans l’intervalle, le MTV fait remarquer que ces actions entreprises contre certains de ses membres interviennent au moment où une ordonnance a blanchi un certain nombre d’entreprises soupçonnées d’implication dans le scandale PetroCaribe et en pleine crise sanitaire et sécuritaire. Pour l’ULCC ces 260 millions correspondraient à de l’argent public, détourné, incluant les amendes à payer qui doivent être remis au Trésor Public.

Les comptes bancaires visés par l’ULCC sont ceux de: Isabelle Valmey, Pierre Réginald Boulos, Ursil Pierre, Emlyne Girova Brice, Sébastien Boulos, Melissa Régine Boulos, Natacha Blanc et de l’entreprise Real Business Investissement. De plus, l’ULCC met en garde les banques concernées: «faute d’obtempérer à la présente, elles pourront être poursuivies comme «facilitateur» de blanchiment du produit du crime, conformément à l’article 5.3 de la loi du 12 mars 2014, portant prévention et répression de la corruption et l’article 58 de la loi du 11 novembre 2013, sanctionnant le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.»

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button