" "
acceuilActualitéCoup d’oeil sur le monde

Les vantardises de «Ti Claude Joseph»

L’esclave change de maître et il refuse qu’on l’appelle «Ti Claude». Et pourtant, dans les couloirs du Palais National, on le traite toujours de «Ti Claude».

En effet, le mardi 4 mai, trois semaines après sa nomination en tant que Premier ministre a. i de facto, Claude Joseph a parlé des dispositions déjà entendues, visant à lutter contre l’insécurité en Haïti, lors d’un point de presse à la Résidence Officielle du premier ministre.

«Jovenel Moïse laissera le pouvoir le 7 février 2022, date marquant la fin de son mandat constitutionnel», a «bla-bla» Claude Joseph. Aussi, il a souligné qu’il n’a pas la prétention de devenir président car, il a été désigné Premier Ministre par intérim. Accompagné des autres membres du Conseil Supérieur de la Police Nationale dont le Directeur Général a. i de facto de la PNH, Claude Joseph a expliqué que sa mission est de travailler, en collaboration avec les acteurs concernés, pour améliorer le climat sécuritaire. En droite ligne avec sa feuille de route, il a dit avoir présidé pas moins de quatre réunions du CSPN. Parmi les premières actions et dispositions de son gouvernement, Claude Joseph se vante d’avoir fait placer des conteneurs à Martissant, en vue de limiter la circulation des bandits. Cette déclaration est archi fausse. Il n’y a pas de containers placés nulle part, à Martissant. À rappeler qu’un groupe de policiers avait tenté de placer deux containers à l’entrée de Troisième et Quatrième Avenues de Bolosse. Les bandits armés s’y étaient opposés. Après des échanges de tirs, les policiers avaient pris la fuite. Ce jour-là, plusieurs personnes ainsi que des véhicules pleins de passagers avaient été séquestrés par les bandits de Grand-Ravine. Aussi, Claude Joseph avait souligné que des démarches étaient en cours pour:

  •  augmenter le budget de la PNH et acheter de nouveaux matériels et équipements pour les policiers;
  • réactiver le service d’intelligence au niveau du ministère de l’intérieur, entre autres.

Il a également a discouru, lors de cette conférence de presse, sur la nécessité de créer une synergie entre la population et l’institution policière qui lutte pour apporter une réponse satisfaisante face au kidnapping. «Bloquer des routes à chaque cas de kidnapping ne résoudra pas le problème. Au contraire, vous faites du tort au reste de la population et à vous-même. Alertez la police et collaborez avec elle, pour mieux lutter contre les auteurs des cas de kidnapping», a relaté le commandant de facto du CSPN.

" "

De plus, comme un perroquet, le premier ministre a. i, de facto, a réitéré la position de son nouveau patron, Jovenel Moïse, qui croit dur comme fer que la recrudescence des cas de kidnapping a une portée politique. Selon lui, certains politiques, convaincus préalablement de leur échec à toutes compétitions électorales, utilisent le kidnapping pour forcer le président à la démission, afin de pouvoir intégrer un gouvernement de transition.

Pour justifier sa déclaration, il a évoqué la montée des cas d’enlèvements constatés à l’approche du 7 février 2021. Pour lui, «le kidnapping est un autre outil utilisé par ceux qui ne sont pas prêts à engager la bataille, de façon démocratique».

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker