" "
acceuilActualitéCoup d’oeil sur le monde

De pourri en pourri, à la Primature…

Et alors même qu’aucun jour ne passe sans que ses vendus ne s’entre-déchirent au Palais national, le pouvoir de facto semble en total repli. Jovenel Moïse cherche-t-il, via la révocation de Jouthe Joseph, à débloquer la situation? Rien…

Au fait, en dépit des apparences, Jovenel ne dispose pas trop de liberté dans ses prises de position. Un constat désormais largement avéré, puisque la révocation de Jouthe a fait peu de cas au sein de l’opposition.

C’est une équipe PHTK corrompue et un pouvoir de facto qui, entre panique et démenti, ne savent plus désormais où donner de la tête! Mais, la fête aux mouvements de démantèlement du régime criminel au pouvoir, va-t-elle en rester là? Rien n’est moins sûr…

En effet, l’ex-premier ministre Haïtien de facto, Joseph Jouthe, avait remis sa démission, dans la soirée du 13 avril 2021. Un autre de facto, le ministre des Affaires Étrangères et des Cultes, Dr Claude Joseph, est le nouveau Premier Ministre a. i.

" "

«J’ai remis ce soir ma démission au Président de la République, S.E.M Jovenel Moïse. Ça a été un honneur de servir mon pays comme Premier Ministre. Je remercie les membres de mon Gouvernement, les partenaires techniques et financiers, pour leur collaboration. Que Dieu bénisse Haïti !», peut-on lire sur le compte Twitter de Joseph Jouthe.

Par ailleurs, la démission de Joseph Jouthe a été acceptée par Jovenel Moïse qui l’a confirmée sur son compte twitter. Le Chef de l’État a, par la suite, jeté son dévolu sur le Chancelier haïtien, Dr Claude Joseph, afin d’assurer l’intérim, à la tête du gouvernement.

«La démission du Gouvernement, que j’ai acceptée, permettra d’adresser le problème criant de l’insécurité et poursuivre les discussions en vue de dégager le consensus nécessaire à la stabilité politique et institutionnelle de notre pays. Le ministre Claude Joseph est nommé PM a. i.», a informé Jovenel Moïse, sur son compte Twitter.

Alors que l’opposition politique banalise la démission de Joseph Jouthe, l’ancien premier ministre, Evans Paul, estime que cette décision peut être un aveu d’échec face à l’insécurité grandissante en Haïti. «Il y a eu de nombreux événements qui pourraient expliquer cette démission», souligne, d’entrée de jeu, Evans Paul. L’ex-patron de la Primature évoque, entre autres, le fait qu’elle intervient un mois après l’opération ratée à Village-de-Dieu, bien qu’il ne soit en rien responsable de l’opération qui est planifiée techniquement par des professionnels, a néanmoins souligné M. Paul.

Autant dire que l’ex-premier ministre, Joseph Jouthe, se trouvait dans une impasse politique, liée particulièrement à l’insécurité et, notamment au regain des cas d’enlèvement. Dans son analyse, Evans Paul fait référence aux controverses publiques sur les vitres teintées qui ont opposé Joseph Jouthe, alors premier ministre, au secrétaire général du Conseil des ministres, Renald Lubérice. Fusible ou victime, Evans Paul s’interroge sur la démission de Joseph Jouthe. Il n’est pas impossible non plus que sa décision soit aussi liée à des désaccords profonds avec le Palais national, suppose l’homme politique. Aussi, souligne-t-il le fait que le poste de premier ministre puisse être l’enjeu d’une cohabitation et facilite des tractations.

De son côté l’ex-sénateur Moïse Jean-Charles de Pitit Dessalines, estime que cette démission ne change rien. Il soutient qu’il avait prédit que cette cohabitation se terminerait de cette manière.

Le dirigeant du Secteur Démocratique et Populaire, M. André Michel, considère cette démission comme un non-événement. Il soutient que cela ne va rien changer. M. Michel appelle à la poursuite de la mobilisation et se dit opposé à toute négociation avec le chef de l’État.

Pour sa part, le chef de file du parti UNIR, M. Clarens Renois, est du même avis. Il fait peu de cas de cette démission.

Pour le dirigeant du GREH, M. Himmler Rebu, le chef de l’État, dans son tweet, a laissé entendre que M. Jouthe serait l’obstacle à une résolution de la crise sécuritaire. Il dit ne pas être informé d’une démarche visant à offrir la Primature à l’opposition, dans le cadre d’un gouvernement de consensus.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker