Site icon Journal Haïti Progrès – Haitian #1 Newspaper – Jounal Ayiti

Répression: le syndicat SPNH-17, traqué

polis syndicat

polis syndicat

Les membres du Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH-17) et le Syndicat national des policières et policiers haïtiens (SYNAPOHA) condamnent les actes arbitraires et illégaux du directeur général ad intérim de l’institution policière, Léon Charles, et exigent des explications sur les actes reprochés à l’ancien porte-parole du Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH-17), Abelson Gros Nègre, arrêté et emprisonné, lors d’une conférence de presse.

Le porte-parole du SPNH-17, Synci Domond, critique les actes de répression des policiers nationaux syndiqués, par la hiérarchie de la Police nationale d’Haïti (PNH), tout en appelant à l’application des principes démocratiques au sein de la PNH. L’arrestation, le samedi 27 mars 2021, de l’ancien porte-parole du SPNH-17, Abelson Gros Nègre, par des hommes en uniforme de police, ne cadre pas avec la loi, fustige Synci Domond.

«Les policiers doivent comprendre que, si Abelson Gros Nègre et les avocats du SPNH ne luttaient pas, il n’y aurait pas une amélioration de leurs conditions. Avant de procéder à l’arrestation de l’un des policiers syndiqués, vous devez réfléchir mille et une fois».

Pour sa part, le SYNAPOHA demande au haut commandement de la Police nationale d’Haïti (PNH) de cesser de persécuter les membres du SPNH-17, en émettant, notamment, des avis de recherche contre eux.

Par l’intermédiaire de Léon Charles, la PNH avait annoncé le renvoi immédiat de tous les policiers identifiés comme des membres de Fantòm 509, dont le coordonnateur du Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH-17), Jean Elder Lundi. Il faut mener de bonnes enquêtes pour fixer les responsabilités des personnes coupables, suivant les normes et principes judiciaires, souhaite le SYNAPOHA. Par ailleurs, les membres du Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPNH-17) condamnent les actes arbitraires et illégaux, qu’ils assimilent à des persécutions politiques, du directeur général ad intérim de l’institution policière, Léon Charles, à leur encontre.

Les avocats du SPNH-17, qui travaillent sur ce dossier, se préparent à intenter une autre action en habeas corpus, préventive, contre le caractère arbitraire de l’arrestation d’Abelson Gros Nègre.

Altidor Jean Hervé

Exit mobile version