acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondePerspective & Politique

Quelles élections?

Le peuple continue, à travers les rues de la capitale et dans les villes de provinces, de contester la légitimité du régime de facto Jovenel/Jouthe et alliés. Alors que le kidnapping, l’insécurité et la criminalité sont en hausse, le pouvoir, en catimini, tente d’installer des membres de soi-disant BED et BEC, à travers certains départements et régions du pays, pour préparer l’organisation des élections et le référendum constitutionnel.

En catimini, au cours de la semaine écoulée, le Conseil Électoral Provisoire (CEP) a procédé à l’installation des membres des Bureaux Électoraux Départementaux de l’Ouest 1 et 2. Ces bureaux serviront également pour le référendum sur la nouvelle Constitution de Jovenel.

En effet, le parti politique Organisation du Peuple en lutte (OPL) critique l’installation, par le Conseil électoral provisoire (CEP) inconstitutionnel et illégal, des membres des Bureaux électoraux départementaux (BED), en tant que membres d’entités référendaires. Le parti politique Organisation du Peuple en lutte (OPL) appelle le peuple haïtien à « contrecarrer les manœuvres de cette engeance dont la République devra se débarrasser, pour faire avancer l’agenda de l’implantation de la démocratie en Haïti».

De plus, l’ex-sénateur Steeven Benoit accuse le pouvoir de violations de la Constitution. Lors d’une conférence de presse donnée le jeudi 25 mars, l’ex-sénateur Steeven Benoit a décrit un panorama sombre de la situation sociopolitique en Haïti. En tout point de vue, l’ancien sénateur de l’Ouest présente une Haïti où les dirigeants, plutôt que de travailler à l’amélioration des conditions de vie de la population, s’enlisent dans la médiocrité. Pour corroborer ses dires, le responsable de l’organisation «Entente nationale pour une transition de rupture» avance que depuis janvier 2020, le pays s’écarte de la Constitution, en matière de gouvernance. «Seul, le président, Jovenel Moïse mène la barque», s’est bouleversé l’ancien parlementaire, se référant au dysfonctionnement du pouvoir législatif, né de la caducité du Parlement. Or, la Constitution haïtienne reconnaît l’existence de trois pouvoirs : l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire. Et, conséquemment à cette situation, Steeven Benoit évoque un ensemble de faits qu’il qualifie de dérives constitutionnelles. À cet effet, Steeven Benoit et ses pairs se proposent de défendre la Constitution du pays du bec et des ongles. Et comme tous les opposants au régime en place, la mobilisation est leur principale arme de combat.

Entre autres, Mathias Pierre, le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre, Chargé des questions électorales et des relations avec les partis politiques, a révélé que, jusqu’à présent, une centaine de partis politiques officiellement reconnus, soit 40% des 253 partis existant en Haïti, avaient eu des séances de travail avec des responsables du processus électoral et se sont dit prêts à participer aux élections, malgré les tensions socio-politiques croissantes. Il a souligné que les élections n’étaient pas une option dans une démocratie mais une obligation, et a insisté sur la nécessité d’un dialogue entre toutes les parties prenantes, pour parvenir à la stabilité en Haïti.

Concernant l’insécurité, Mathias Pierre a déclaré qu’en complément aux mesures déjà en vigueur, dont l’interdiction temporaire des vitres teintées dans les véhicules, déclaration de l’état d’urgence dans les quartiers vulnérables sous l’influence de gangs armées, créations d’unités anti-enlèvements ; les autorités avaient mis en place une cellule de sécurité électorale, composée de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et des Forces Armées d’Haïti (FAd’H), dont la mission est de planifier tout ce qui concerne le climat de paix pendant les élections, ainsi que la logistique.

Jude Jacques Élibert, le Directeur Général de l’Office National d’Identification (ONI), informe que tout est mise en œuvre, en vue d’accélérer le processus d’enregistrement et de livraison de la Carte d’Identification Nationale (CIN), d’une part, et d’améliorer la qualité du service fourni, d’autre part.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button