acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeJustice

Lettre ouverte au Ministre de la Justice, Me Rockfeller Vincent

Monsieur le Ministre,

Félicitations, pour votre intervention opportune dans le dossier impliquant Madame Movienne Germain, la propriétaire, et Monsieur Eude Lajoie, alors directeur général du SNGRS. Vous avez dit à haute et intelligible voix que votre présence, sur les lieux, était un avertissement. Goutte d’eau dans l’océan, oui, mais significative, réconfortante, prometteuse !

En vous écoutant, avec quelques parents et amis feutrés dans notre confort montréalais, j’ai tout de suite pensé à ma sœur, Madame Myriam Fabien Séide, Notaire à Petit-Goâve. Accusée par une horde « an bandisyon », elle est vilipendée, à répétition, par des médias à sensation. Elle est – ça fait huit (8) mois que cela dure – victime d’une chape de plomb, à elle imposée par le Pouvoir Exécutif, en la personne de Me Jean René Emmanuel, Commissaire du gouvernement de la juridiction de Léogâne – Grand-Goâve – Petit-Goâve.

Au parquet : intimidation, propos sexistes, menaces de toutes sortes, harcèlement, agressions… Devant la résidence familiale : tirs nourris… Mandat d’amener, arrestation, scellés, fermeture arbitraire d’un service public, gel renouvelé de compte bancaire. Telle est la vie de cette haute cadre du système judiciaire, contrainte de rester à la disposition de la justice, dans les conditions précitées, que dis-je, lapsus impardonnable : à la disposition d’un Commissaire de gouvernement ! Ma conviction est que Vous, Monsieur le Ministre, n’en avez jamais été informé.

Sortir notre Haïti du gouffre est un devoir, une responsabilité citoyenne. Bravant donc pandémie, confinement, braquages, disparitions, kidnappings, assassinats…, nous, famille Fabien, frères et sœurs de la Notaire Myriam Fabien Séide, faisons faisceau autour d’elle; sa cause étant nôtre. Croyant fermement qu’une juste démarche est nécessaire pour que prévalent le Droit et la Justice, nous souhaitons donc une interpellation par vous-même, Monsieur le Ministre. Et sous la forme que vous jugerez opportune.

Espérant que notre cri sera entendu, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments très respectueux.

Léonard Fabien, dit : Dany Fabien

le 27 janvier 2021.

C. c :   CSPJ, OPC

Presse parlée et écrite

Ambassade du Canada

Articles Similaires

Back to top button