acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeSport

Yves Jean-Bart, jugé et radié à vie par la FIFA, mais blanchi par la Justice haïtienne

Le président de la Fédération haïtienne de football (FHF), Yves Jean-Bart, a été jugé «coupable d’abus de pouvoir et d’agression sexuelle sur plusieurs joueuses, dont des mineures», par la Chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante de la Fédération internationale de football association (FIFA) et, du coup, est interdit de toutes activités footballistiques à vie, moins de 20 heures après qu’il se soit vanté d’être blanchi par la justice haïtienne de ces accusations qu’il dit être mensongères.

Dans une note rendue publique, Dadou Jean-Bart a salué la décision du système judiciaire haïtien «de nettoyer son nom, suite aux multiples fausses accusations». Selon le concerné, les attaques incessantes portées contre lui sont des mensonges sans fondement. «Après des mois de fausses allégations, aucune présumée victime et aucun témoin ne se sont manifestés publiquement», a précisé Dadou, dans ce document portant sa signature. Le système judiciaire haïtien n’a pas pu identifier une seule victime, malgré la garantie de protection et la sécurité des victimes présumées, par l’Office de Protection du Citoyen, selon Dadou Jean-Bart. Sur ce point, le contact avec les organisations de défense des droits humains dont Human Rights Watch, Kay Fanm, Solidarite Fanm Ayisyèn (SOFA), entre autres, n’a pas porté fruit.

Dans l’ordonnance de clôture, portant la date du 16 novembre 2020 mais rendue publique le jeudi 19, le magistrat instructeur, Émilio Accimé, a estimé qu’il n’y a pas lieu de poursuivre Yves Jean-Bart, renvoyant l’intéressé hors des liens de l’inculpation. Le parquet informe avoir sollicité la collaboration du journal britannique, The Guardian, à l’origine des allégations, pour identifier les victimes. Ces démarches se sont révélées vaines.

En réaction, l’ex-patron de la FHF avait affirmé que l’objectif de «ceux qui répandaient ces fausses rumeurs odieuses était de faire pression sur la FIFA pour le destituer». Un objectif atteint, puisque selon les informations qui ont été rendues publiques dans un communiqué de la FIFA sur son site internet quelque temps après cette soi-disant ordonnance judiciaire haïtienne ayant blanchi Yves Jean-Bart pour absence de preuve, une décision saluée par l’intéressé dans une note envoyée aux médias, le désormais ex-président de la FHF a été banni à vie de toute activité footballistique.

Selon la FIFA, dans sa décision, la Chambre de jugement a établi que «M. Jean-Bart avait enfreint l’article 23 (Protection de l’intégrité physique et mentale) et l’article 25 (Abus de pouvoir) du Code d’éthique de la FIFA, et a prononcé à son encontre une interdiction à vie de toute activité liée au football (administrative, sportive et autres) aux niveaux national et international. Il devra, en outre, s’acquitter d’une amende d’un montant de CHF 1 000 000». La décision a été prise le 18 novembre 2020 et M. Jean-Bart en a été notifié aujourd’hui, date à laquelle l’interdiction entre en vigueur. Conformément à l’article 78, alinéa 2 du Code d’éthique de la FIFA, la décision motivée sera notifiée dans son intégralité à M. Jean-Bart sous 60 jours ; elle sera ensuite publiée sur legal.fifa.com.

Le communiqué de la FIFA

«La Chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante a jugé Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de football (FHF) et ancien membre de la Commission de la FIFA, coupable d’abus de pouvoir et d’agression sexuelle sur plusieurs joueuses, dont des mineures, en violation du Code d’éthique de la FIFA.

Cette procédure s’insère dans le cadre d’une vaste enquête, concernant M. Jean-Bart et d’autres officiels de la FHF, identifiés comme ayant possiblement été impliqués (en tant qu’auteurs principaux, complices ou instigateurs) dans des actes d’abus sexuels systématiques envers des joueuses, entre 2014 et 2020. Les procédures, concernant les autres officiels, sont encore en cours.

Dans sa décision, la Chambre de jugement a établi que M. Jean-Bart avait enfreint l’article 23 (Protection de l’intégrité physique et mentale) et l’article 25 (Abus de pouvoir) du Code d’éthique de la FIFA et a prononcé, à son encontre, une interdiction à vie de toute activité liée au football (administrative, sportive et autres) aux niveaux national et international. Il devra, en outre, s’acquitter d’une amende d’un montant de CHF 1 000 000.

La décision a été prise le 18 novembre 2020 et M. Jean-Bart en a été notifié aujourd’hui, date à laquelle l’interdiction entre en vigueur. Conformément à l’article 78, alinéa 2 du Code d’éthique de la FIFA, la décision motivée sera notifiée dans son intégralité à M. Jean-Bart sous 60 jours ; elle sera ensuite publiée sur legal.fifa.com.»

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button