acceuilActualitéEn bref

Nouvelles en bref

Un jeune élève de 17 ans, tué par balle

Alors qu’il rentrait chez lui, le mardi 17 novembre, Jimmy Telson, âgé de 17 ans, élève de NS III (Rétho), a été blessé mortellement par balle à Delmas 75, dans des circonstances incompréhensibles. La tentative d’enlèvement avancée par des médias a été rejetée par des proches de la victime. Selon ces derniers, une personne à bord d’un véhicule a fait feu, pour une raison inconnue, sur la voiture dans laquelle se trouvait Jimmy Telson, un de ses cousins et un chauffeur. Transporté d’urgence à l’hôpital Jimmy Telson n’a pas survécu à sa blessure. Le meurtrier s’est enfui sans être inquiété.

Michèle Duvivier Pierre-Louis, Prix Women Political Leaders Trailblazer 2020

L’ancienne première ministre haïtienne, de 5 septembre 2008 au 11 novembre 2009, Michèle Duvivier Pierre-Louis, présidente de la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL), a été récompensée du prix « Women Political Leaders Trailblazer » 2020, pour sa carrière exceptionnelle de femme leader politique, a fait part la FOKAL. La distinction lui a été décernée, le lundi 9 novembre 2020, au Forum Global 2020 des Femmes leaders, tenu à Reykjavik, en Islande, du lundi 9 au mercredi 11 novembre 2020, auquel l’ancienne cheffe de gouvernement en Haïti a assisté en ligne, a expliqué la FOKAL, sur son site Internet. «J’accepte ce prix avec joie et humilité», a fait savoir Michèle Pierre-Louis.

La Commission chargée d’élaborer la nouvelle Constitution est inconstitutionnelle

Le Conseil de l’Ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince a déclaré inconstitutionnelle la Commission, créée par arrêté en date du 28 octobre 2020 et chargée d’élaborer une nouvelle Constitution en Haïti, dans une note de mise en garde. À partir de cette décision du président de la République de créer une commission, chargée d’élaborer une nouvelle Constitution, le président a «aboli, de fait, tant la séparation des grands pouvoirs de l’État que la séparation cardinale entre le pouvoir constituant originaire et le pouvoir constituant dérivé». Pour faire fonctionner «cette entreprise délibérément inconstitutionnelle», des avocats du Barreau de Port-au-Prince ont accepté de prêter leur concours à l’Exécutif, admet le Conseil de l’Ordre des avocates et avocates de Port-au-Prince. Or, en ses articles 282 à 284-4, la Constitution fixe les conditions de forme et de fond, relatives à la modification de la norme fondamentale. Le Conseil de l’Ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince déclare rejeter le mépris chronique de la Constitution, par les titulaires du pouvoir exécutif qui prétendent, paradoxalement, vouloir doter le pays d’une nouvelle Constitution.

L’OCNH sollicite une enquête des autorités allemandes sur le dossier Dermalog

Dans une lettre ouverte, en date du 16 novembre 2020, adressée à l’ambassadeur de l’Allemagne en Haïti, Jens Kraus-Massé, l’OCNH a dénoncé le comportement de la firme allemande, Dermalog qui se serait «compromise avec l’État haïtien, en signant et en exécutant un contrat de confection de nouvelles cartes d’identification nationale, qui ne respecte aucune forme juridique, qui viole la loi sur la passation de marchés, qui ne suit ni ne respecte les principes fondamentaux sur la passation des marchés publics» en Haïti. Ledit contrat a été signé par le sieur Jean François Kipp, représentant de Dermalog sur le continent africain, qui n’a pas inclus son permis de séjour dans l’annexe du dossier. «La procuration, qui lui était accordée, et les pièces légales de Dermalog, ne sont pas légalisées par l’ambassade d’Haïti en Allemagne, ni authentifiées par le Ministère des Affaires étrangères et des Cultes (MAEC)». À cet effet, l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti préconise une enquête des autorités allemandes ainsi que de la presse et des organisations de la société civile allemandes, sur le dossier Dermalog, «en attendant que la justice haïtienne dise le mot du droit».

L’UNESCO et l’ONAPE présentent un Rapport mondial sur le Progrès de l’éducation

De concert avec l’Office National du Partenariat en Éducation (ONAPE), l’UNESCO a procédé, à l’aide de téléconférence sur le net, le jeudi 19 novembre 2020, à la présentation du Rapport mondial de suivi qui mesure les progrès de l’éducation, dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Ce rapport, préparé par une équipe indépendante sur le plan éditorial, est publié par l’UNESCO. L’édition 2020 est axée sur l’inclusion, un élément-clé de l’ODD 4. Cette présentation du Rapport mondial de suivi de l’éducation, a été faite par M. Daniel April, Ph D, Chercheur pour le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (UNESCO). Le sujet relatif à l’apport de la Nouvelle Stratégie nationale de développement des statistiques de l’éducation (SNDSE) d’Haïti au suivi de l’ODD-4, a été traité par M. Jacques Georges Reid, Consultant en appui au ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). Cette séance, notons-le, s’inscrit dans le cadre de la deuxième série de webinaire sur l’avenir de l’éducation et de la formation en Haïti, que conduit l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE), dans sa mission de gestion institutionnelle du partenariat public-privé en éducation, en synergie avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP).

Mise en place du Conseil de l’ANESRS

Désigné par la présidence pour œuvrer techniquement au processus de la mise en œuvre des trois décrets publiés cette année, relatifs à l’enseignement supérieur, l’Office national de partenariat en éducation (ONAPE) a déjà acheminé une lettre dans laquelle il est demandé aux institutions prévues dans lesdits décrets, d’acheminer les dossiers des personnalités qui vont composer le Conseil de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de l’Agence nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (ANESRS). Chaque secteur concerné doit envoyer trois dossiers à l’ONAPE qui doit, ensuite, les acheminer à la présidence qui, selon le décret, devra décider du choix des personnalités qui composeront la direction de l’Agence devant être composée de personnalités du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ayant une expérience avérée dans la gouvernance et la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. En effet, pour être membre du Conseil de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, il faut être détenteur d’un diplôme de doctorat d’une université reconnue, avoir une bonne réputation comme universitaire ou chercheur, jouir de ses droits civils et politiques, être de bonne vie et mœurs, avoir une expérience d’au moins cinq ans dans l’enseignement supérieur ou dans la recherche scientifique.

Le Centre Pétion-Bolivar d’Arnold Antonin fermé

Après 34 ans de service, le Centre Pétion-Bolivar d’Arnold Antonin, 66, impasse Samare, Pétion-Ville, ferme définitivement ses portes. C’est un coup de semonce dans le paysage de l’audiovisuel haïtien. Antonin, ce gardien de la mémoire, c’est Celesti Corbanese, de son vrai nom. L’homme, qui est né à Port-au-Prince en décembre 1942, a fait ses premiers pas dans le cinéma, au début des années 70. Avec ses productions cinématographiques, il rêvait d’apporter du bien, du beau, du juste pour son pays. Depuis 20 ans, coule le robinet de production de films documentaires et de fiction d’Antonin, cet infatigable réalisateur. Après avoir réalisé une importante production audiovisuelle qui met en valeur l’image d’Haïti, ce professionnel, qui a encore de beaux jours devant lui, met fin aux activités du Centre Pétion-Bolivar, reconnu d’utilité publique.

Le Dr Louis Marie Montfort Saintil, promoteur d’un nouveau modèle de coopération

Le président de la République, Jovenel Moïse, a élevé au rang d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, l’ancien Chargé d’affaires près du Royaume d’Espagne, le Dr Louis Marie Montfort Saintil qui avait remplacé à ce poste, l’actuel chancelier Claude Joseph. Le choix de la personne du Dr Louis Marie Montfort Saintil, pour implémenter la politique extérieure de la République d’Haïti en Espagne, survient après plus de 13 années d’expérience professionnelle du nouvel ambassadeur, passées à occuper divers postes au sein de la chancellerie. Le Dr Saintil, avant sa nomination, officiait depuis le mois d’avril 2020 comme Chargé d’affaires au sein de la mission diplomatique haïtienne en Espagne. Toutefois, c’est au ministère des Haïtiens vivant à l’étranger qu’il a débuté sa carrière dans la fonction publique, en 2006. Sa très bonne connaissance de la réalité espagnole laisse augurer aisément qu’elle a été déterminante dans la confiance accordée à la fois par le président de la République, Jovenel Moïse, et le ministre des Affaires étrangères, le Dr Claude Joseph, au Dr Saintil, au moment de son choix comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, avec pour principale mission de faire de la diplomatie haïtienne en Espagne, l’un des principaux moteurs du développement socio-économique du pays.

La Fondation Réginald Boulos fait un don d’ouvrages à une bibliothèque

La Fondation Réginald Boulos, dirigée par l’homme d’affaires Pierre Réginald Boulos, a fait un don de 150 ouvrages et d’une dizaine de CD à la bibliothèque municipale de Port-de-Paix. Les livres remis portent sur des domaines variés tels que la sociologie, l’éducation, l’anthropologie, l’économie, la psychologie, la gestion, l’administration, la comptabilité, la diplomatie, le droit, les mathématiques, la médecine, la communication politique, l’entrepreneuriat, etc. Selon Iléus Papillon qui a représenté Pierre Réginald Boulos à la cérémonie, cette initiative participe de la volonté de l’homme d’affaires d’accompagner les jeunes Haïtiens, de manière générale, et les jeunes de Port-de-Paix en particulier. «Dans cette ville, les jeunes auront accès à la lecture», se félicite-t-il.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Lisez aussi
Close
Back to top button