acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeEconomie & Finances

Les échos des décisions cosmétiques du gouvernement

Dans une note de protestation, le Group Canez qualifie « d’arbitraire et d’illégale », l’arrestation, dans la matinée du mardi 13 octobre 2020, au siège de son magasin situé à Delmas 4, de l’un des responsables de Canez Construction, Ralph Xavier Auguste, libéré quelques heures après son interpellation.  Parallèlement, dans une note de presse publiée, le mercredi 14 octobre 2020, les associations et chambres de commerce, représentantes du secteur privé formel des affaires, ont aussi dénoncé l’arrestation de l’un des leurs, Ralph André Xavier Auguste (Propriétaire de Canez Construction), lors d’une visite d’inspection des prix du Ministre du Commerce et de l’Industrie, Jonas Coffy.  Les signataires de la note, Bernard Craan de la CCIO/CCIH, Laurent St-Cyr de la AmCham Haïti, Geoffrey Handal de la CFHCI et Wilhelm Lemke de l’ADIH, parlent d’acte arbitraire.

Les autorités judiciaires ont procédé à l’arrestation de Ralph Xavier Auguste, en mettant en avant le « fallacieux prétexte d’avoir commis du trafic de spéculation illicite, prévu par la loi du 20 décembre 1946, abrogé depuis de nombreuses années », a dénoncé le Group Canez Auguste. Canez a dit regretter que le MCI ne se soit pas vraiment renseigné sur les modalités d’affichage des prix au magasin et le processus en cours pour la finalisation.

« Les associations et chambres de commerce représentantes du secteur privé formel des affaires, signataires de la présente, ont appris avec stupéfaction les actions, menaces et déclarations à caractère diffamatoire du Ministère du Commerce et de l’Industrie et des officiers de justice, en date du 13 octobre 2020 qui ont eu des conséquences fâcheuses pour des entreprises commerciales, et l’arrestation de l’un de leurs propriétaires.  Elles condamnent l’arbitraire qui a accompagné ces actes et porté atteinte aux fondations de la libre entreprise que l’État a pris l’engagement de protéger, qu’il s’agisse d’investissement local ou étranger », lit-on dans cette note de presse signée par  Frantz Bernard Craan, président de la CCIOÇCIH, Laurent St-Cyr, président de l’AMCHAM, de Geoffrey Handal, président de la CFHCI et de Wilhelm Lemke de l’ADIH.

« Nous renouvelons notre solidarité à nos membres, victimes des évènements d’hier, et les invitons à poursuivre au sein de nos institutions leurs efforts de construction d’un environnement des affaires, favorable au développement durable de la libre entreprise, dans un contexte de concurrence parfaite et de respect des lois et règlements de commerce », a poursuivi  la note.

« C’est pourquoi, nous, associations et chambres de commerce signataires de la présente, exhortons les pouvoirs publics, en l’occurrence, le Premier Ministre, le Ministre du Commerce et de l’Industrie, le Ministre de l’Économie et des Finances, à un dialogue constructif, afin d’établir, hors menaces, insultes et diffamation, et en toute transparence, des règles et procédures claires et publiques à appliquer en matière de contrôle d’affichage des prix, et de freiner la montée des tensions néfastes à la bonne marche des entreprises», selon cette note.  Ce dialogue, visant aussi à freiner la montée des tensions néfastes à la bonne marche des entreprises, devrait se faire, dans la transparence, en dehors de toutes menaces, insultes et diffamations, ont-elles recommandé.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button