acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeCulture & SociétéEconomie & Finances

L’administration Moïse/Jouthe s’octroie un budget de 254 milliards de gourdes

À l’aube de la nouvelle année fiscale 2020-2021 et en pleine incertitude sur le marché de change, le gouvernement de Joseph Jouthe, s’est permis d’adopter un budget de 254 milliards de gourdes. Dans ce budget, l’amortissement de la dette publique a plus que doublé, atteignant 43 milliards contre 17, lors de l’exercice précédent. Ce budget présomptueux prévoit une augmentation du financement de la BRH, passant de 30 à 36 milliards de gourdes.

C’est en Conseil des ministres, que l’administration Moïse/Jouthe a adopté le nouveau budget 2020-2021, avec des prévisions, et des voies et moyens, jamais réalisées jusqu’ici, soit de 254 milliards de gourdes contre 198 milliards pour l’exercice précédent. Ainsi, les «dépenses courantes», prévues par ce nouveau budget, dépassent, de plus de 4 milliards de gourdes, les «recettes domestiques» de 132,6 milliards de gourdes, car celles-là s’élèvent à la hauteur 136,2 milliards de gourdes. Les salaires et traitements sont de 65,5 milliards de gourdes. 37,6 milliards de gourdes sont prévues pour les «biens et services, y compris les autres dépenses publiques». Une prévision de 26,9 milliards de gourdes et 6,1 milliards de gourdes «d’intérêts» a été faite dans la rubrique «transferts et subventions».

En termes de «dépenses de capital», l’administration Moïse/Jouthe table sur 118,5 milliards de gourdes, 1,2 milliard dans la rubrique «immobilisations». Pour les «programmes et projets», l’administration prévoit 74,1 milliards de gourdes. Il est prévu, dans ce chapitre, 24,1 milliards du «Trésor public».

Le budget 2020-2021 prévoit notamment 2,1 milliards de gourdes d’annulation de dette du FMI, 19,7 milliards dans la ligne «autres financements» et 28,1 milliards de gourdes dans celle de «dons et emprunts». «L’amortissement de la dette» reste néanmoins conséquent avec une prévision de 43 milliards de gourdes.

Dans le segment des recettes

Pour cette nouvelle année, l’administration Moïse/Jouthe prévoit 132,6 milliards de gourdes de ressources domestiques. La ventilation des «voies et moyens» permet de voir qu’elle prévoit, de mobiliser 95,1 milliards gourdes de «recettes internes» et 32,9 milliards de gourdes en recettes douanières. Ainsi, l’administration Moïse/Jouthe prévoit d’obtenir 4,4 milliards de gourdes dans la rubrique «autres ressources domestiques» pour atteindre les 132,6 milliards de gourdes des «ressources domestiques en question».

L’obtention de 29,9 milliards de gourdes de «dons» est aussi prévue dans ce budget, partagés entre 9,9 milliards de gourdes «d’appui budgétaire» et 19,9 milliards «d’aide projets». L’emprunt à la BRH prévu est de 37 milliards de gourdes contre un plafond de 30 milliards de gourdes pour l’exercice précédent. Si les voies et moyens du budget 2020-2021 sont de 245,7 milliards de gourdes, le niveau de financement prévu est de 92,1 milliards de gourdes. Dans sa rubrique de «financement», le budget prévoit un emprunt bancaire de 16,3 milliards de gourdes, 25 milliards de gourdes de «bons du Trésor», 8,1 milliards de gourdes de «tirages sur emprunt» et 5,5 milliards de gourdes d’«autres financements internes des projets».

Se montrant très optimiste, l’administration Moïse/Jouthe lorgne une sortie de la récession économique, au cours de l’exercice 2020-2021. Le taux de croissance du PIB devrait faire un bond pour atteindre 2,4 %, contre -2,9 % par rapport à l’exercice 2019-2020, avait indiqué le Premier ministre Joseph Jouthe, dans la lettre de cadrage du budget 2020-2021 qui fait d’autres projections.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button