acceuilActualitéCoup d’oeil sur le mondeInsécurité & Banditisme

Le G9 continue de tuer, pendant que l’insécurité bat son plein…

Le samedi 19 septembre, dans le quartier populaire de Bel-Air, au moins deux personnes ont perdu la vie et des dizaines autres sont blessées par balles, lors d’une attaque musclée des bandits du groupe de gang G 9 en famille et alliés. Des dizaines de maisonnettes ont été également incendiées par les bandits qui opèrent sans ambages, sous les yeux des autorités policières.

Dans la même lignée, le samedi 19 septembre vers midi, des individus armés ont tiré en l’air, déclenchant la panique, pillant sous la menace, des étals de petits marchands installés à proximité de la cathédrale de Port-au-Prince, avant de repartir sans être inquiétés avec leur butin, constitué notamment de marchandises électroniques dont des téléphones. Suite à cette agression, marchands et vendeurs ont quitté précipitamment la zone.

Le vendredi 18 septembre, trois (3) individus : Raymond Rodmil (34 ans) alias « Roro », Matilien Taleuis (39 ans) et Blondine Mareux (29 ans) ont été appréhendés à Port-de-Paix, accusés de détention illégale d’arme à feu, de trafic de stupéfiants et d’association de malfaiteurs.

Dans la commune de Miragoâne (Nippes), le jeudi 17 septembre, la police de Miragoâne a présenté aux médias 9 individus appréhendés, notamment pour leur implication présumée dans la disparition du photojournaliste Vladjimir Legagneur en 2017, dans l’assassinat de Francis Cétoute et dans le viol d’une adolescente de 17 ans, le 7 septembre dernier.

En outre, Hervé Julien, l’Inspecteur Général en Chef de la Police Nationale d’Haïti (IGPNH), a annoncé qu’une enquête était en cours, visant à identifier les policiers membres du Groupe «Phantom 509» qui sèment le chaos sur leur passage et effraient la population avec leurs armes, pour faire passer leurs revendications. Hervé Julien a indiqué que l’IGPNH avait déjà identifié une centaine de policiers et qu’une soixantaine d’entre eux avait déjà été auditionnés, précisant que tous les policiers figurant sur cette liste ne sont pas forcément impliqués dans des actes de violence. Pour ceux qui seront accusés, ils pourront se défendre, précise l’Inspecteur Général, ajoutant qu’ensuite, l’IGPNH déterminera le degré de responsabilité et fera des recommandations à qui de droit, rappelant que l’IGPNH «est une structure d’enquête. Nous ne cherchons pas à faire de l’injustice». De son côté, Rameau Normil, le Directeur Général a. i. et Commandant en Chef de la PNH, condamne ceux qui se réclament de la PNH et qui revendiquent, sur les réseaux sociaux, leurs actes de violence, en s’associant à des bandits, pour incendier des biens publics et semer la terreur. Il exhorte ces policiers à se démarquer de ces bandits.

Par ailleurs, la PNH a une nouvelle Direction Départementale dans l’Artibonite. Le jeudi 17 septembre, le Commissaire divisionnaire, Louis Edner Hyacinthe, a été installé à la tête de la Direction Départementale de l’Artibonite de la Police nationale d’Haïti (DDA/PNH). Il a remplacé, à ce poste, le Commissaire divisionnaire Jean Castro Prévil.

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button