acceuilActualitéEconomie & Finances

La gourde reprend des forces, les autorités multiplient leurs actions

Depuis les récentes mesures adoptées par les autorités monétaires, la gourde ne cesse de se revaloriser par rapport au dollar. À cet effet, le mercredi 2 septembre, la gourde est passée, en quelques heures, de 112 gourdes à la vente pour un dollar à 107 gourdes vers les 10 heures du matin, selon les données observées sur le compte Twitter de la Unibank. Parallèlement, afin d’apporter de l’énergie à la gourde, le ministère du Commerce menace de sanctionner toutes les entreprises qui ne libellent pas leurs prix en monnaie locale.

La limitation des dépenses jugées non essentielles pendant les derniers jours de l’exercice ; le respect du pacte de gouvernance signé avec la BRH prévoyant 30 milliards de gourdes de financement monétaire sur l’exercice, toutes ces mesures ont été prises par les autorités monétaires, afin de stabiliser le taux de change et de réduire le taux d’inflation, a indiqué le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert.

Il y a quelques jours, le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois, avait donné le ton sur le marché des changes, en annonçant, le 24 août dernier, que la banque centrale est déjà intervenue sur le marché des changes à hauteur de 47 millions des 150 millions de dollars mobilisés jusqu’à la fin de l’exercice. «La BRH a les reins solides. Nous avons une réserve de 651 millions de dollars américains. Ceux qui croient qu’ils peuvent se jouer de la BRH sont en train de perdre leur temps. S’ils veulent perdre de l’argent, qu’ils continuent», avait prévenu le gouverneur Jean Baden Dubois.

«Les injections de la BRH ont calmé la tension sur le marché des changes avec une réduction de la rareté de dollars américains. L’appui budgétaire a permis de réduire le déficit budgétaire et le financement monétaire qui en découlait», a affirmé l’économiste Thomas Lalime.

«La gourde s’est donc appréciée, sans surprise, au cours des trois dernières semaines. Ce qui est plus difficile à expliquer, c’est le rythme d’appréciation de la gourde qui est passée de 113 gourdes à l’achat, et 115 gourdes à la vente le lundi 31 août 2020 à 110 gourdes à l’achat contre 112 gourdes à la vente le mardi 1er septembre 2020. Et le mercredi 2 septembre, une des deux plus grandes banques de la capitale affichait 105 gourdes à l’achat et 107 gourdes à la vente, une baisse de 5 gourdes en une journée et une appréciation de 13,6 % de la gourde, en moins d’un mois», a poursuivi M. Lalime

«Le don des 3,7 milliards de gourdes de l’UE au gouvernement peut participer à expliquer l’appréciation observée au niveau du taux de change. Mais je pense que ce qui se passe sur le marché est particulièrement lié à l’injection des 150 millions de la BRH», a estimé pour sa part l’économiste Énomy. «D’après la BRH, l’injection des 150 millions se fera entre le 10 août et le 30 septembre 2020, environ 8 semaines. S’il s’agit d’injecter la même quantité chaque semaine, au moins 18 millions de dollars sont injectés hebdomadairement. Donc, pour la période, la BRH satisfait plus de 45% des besoins en dollars du marché. C’est quantitativement important. Le déséquilibre entre l’offre et la demande disparaît.

Néanmoins, les économistes Thomas Lalime et Emmanuela Douyon ont rappelé qu’en 2017, «l’appréciation n’avait pas fait long feu». «L’injection de dollars sur le marché de change est un exercice ponctuel, à la limite, routinier, qui n’a d’effet qu’à court terme comme on l’observe depuis des années. La BRH le fait pratiquement chaque année dans des proportions différentes.

Par ailleurs, par la publication en date du 31 août 2020, du communiqué 004, le Ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI) met en garde les commerçants qui affichent les prix de leurs produits et services en dollars américains, en violation de l’arrêté du 19 septembre 2018. Lors d’une conférence de presse donnée le jeudi 3 septembre, le ministre Jonas Coffy a renouvelé ses engagements à faire respecter cette mesure.

En effet après avoir constaté, qu’en dépit de ses précédentes interventions, certains commerçants font toujours preuve de réticences quant à l’application des règles fixées par l’arrêté du 19 septembre 2020, leur faisant obligation de libeller et d’afficher les prix des biens et services en gourdes, Jonas Coffy a fait savoir que dans le but de forcer les commerçants à se plier à cette mesure, bientôt, les agents du MCI effectueront des visites d’inspection dans les magasins sur tout le territoire national. Il annonce que le ministère du Commerce va sanctionner les contrevenants à cette mesure. Ces sanctions du MCI vont du refus d’octroyer l’autorisation d’importation, au refus de délivrer aux commerçants des cartes d’identités professionnelles.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button