acceuilActualitéInsécurité & Banditisme

G9: nouveau massacre à Bel-Air

Le groupe G-9 en famille et ses alliés continuent de massacrer la population civile dans les quartiers pauvres de la capitale, notamment à Bel-Air et à Bélékou (Cité-Soleil). L’insécurité politique, implantée, ces derniers temps, en Haïti, par le pouvoir PHTK et ses alliés, fait rage.
Des étudiants, des intellectuels, des hommes d’affaires, des journalistes, des membres de la société civile, des laissés pour compte ont été la proie des bandits armés, sans foi ni loi, notamment le groupe G9, une organisation de gangs fédérée par Jovenel Moïse.
«Si w pa avè m ou kont mwen», tel a été le slogan du groupe de gangs G9, pour attaquer les quartiers Bel-Air et Bélékou.
Depuis quelques semaines, les responsables du groupe G9 en famille et alliés sommaient et exigeaient les leaders de ces quartiers (Bel-Air et Bélékou) d’intégrer le G9. Ces leaders refusaient et ironisaient le G9, en disant qu’ils préfèreraient être membres du «GPEP».
Ces derniers jours, le groupe de gang G9 en famille et alliés installait des chefs de gangs dans différents quartiers de la capitale, Port-au-Prince et ses environs, de gré ou de force, et, ceux qui refusaient d’obtempérer auraient été massacrés ou éliminés.
Les quartiers Bel-Air et Bélékou subissent des vastes attaques du groupe G9, du fait que ces quartiers refusent de faire partie du groupe G9. Ces attaques ont entraîné des morts et des blessés, au sein de la population civile ainsi que d’énormes dégâts matériels. En effet, les vendredi 28 et samedi 29 août 2020, plus d’une dizaine de personnes ont été tuées à Bel-Air et à la rue Tiremasse, à la suite d’une attaque du groupe de gang G9.
De plus, le lundi 31 août, dans l’après-midi, des individus lourdement armés ont attaqué le quartier Bel-Air, tirant des rafales d’armes automatiques et incendiant des dizaines de maisons, notamment à la rue Mayard. Un vent de panique a régné et plusieurs centaines de riverains ont fui la zone pour se réfugier au Champ-de-Mars. Des riverains qui ont fui la zone des fusillades ont pointé du doigt le Chef du Gang de Delmas 6, Jimmy Chérisier, alias «Barbecue», l’un des chefs et porte-parole de la fédération des gangs G-9, et évoquent de nombreux blessés et morts. À rappeler que la police n’est pas intervenue durant ces tirs meurtriers, du fait que ce ne sont pas des manifestations opposées à Jovenel.
Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com