acceuilActualité

Mobilisation: le peuple a pris l’initiative

Le Président Jovenel Moïse fait face à un double défi. D’un côté, il est engagé dans une lutte pour sa survie politique et, de l’autre, il pourrait être poursuivi par la Justice pour abus de confiance, corruption et malversation. Mais il ne semble pas être lassé de défrayer la chronique. Il lance une nouvelle vague de répression contre les manifestants. Alors que la mobilisation est en train de faire tourner le vent en faveur de la cause du peuple, le pouvoir lâche ses flatteurs pour traquer les protestataires. Bientôt, Jovenel Moïse se rendra compte de ce qu’il a vraiment perdu. Quand le comprendrez-vous et cesserez-vous vos déstabilisations, pressions, menaces, vols, escroqueries, meurtres, etc.? Pourtant, vos prédécesseurs témoignent que ce chemin est bel et bien celui du dérangement et de l’Enfer. En effet, le lundi 18 novembre 2019, des centaines de milliers de manifestants ont gagné les rues dans différentes villes et recoins d’Haïti, pour réclamer la démission de Jovenel Moïse. Des manifestations ont eu lieu lundi dans plusieurs villes de province. À Port-au-Prince, aux Gonaïves, au Cap-Haïtien, à Saint-Marc, à Mirebalais, à Miragoâne, des centaines de milliers de manifestants ont marché avec une seule revendication: la démission de Jovenel Moïse du pouvoir. À Port-au-Prince, au moins quatre personnes ont été blessées par balle, notamment à Delmas 95, dont un journaliste de la Radio Capital Fm, alors que des bandits du pouvoir ont ouvert le feu sur les manifestants. Deux manifestants ainsi qu’un journaliste d’une radio (Emmanuel Joseph) et un policier ont été blessés pendant que plusieurs centaines de sympathisants de l’opposition défilaient sur l’autoroute de Delmas. De nombreux tirs ont été échangés, sans que leurs auteurs ne puissent être identifiés. «Jovenel avait dit qu’il n’avait personne à qui remettre le pouvoir. Toutefois, le peuple a pris l’initiative et on a notre institution qui s’appelle la Cour de Cassation», a dit Phanel Jean-Louis, un manifestant marchant avec le drapeau national sur les épaules.

Mise en place de la Commission

Après 5 jours de discussions ardues sur les termes de références, les partis de l’opposition, signataires de l’accord de Marriott: «Altènativ Konsansyèl pou Refondasyon Nasyon an» (Alternative), Forum Patriotique de Papaye, «Mache Kontre», Bloc Démocratique pour le Redressement National et Opposition Institutionnelle et la Société Civile, ont délégué leurs représentants à la Commission qui aura pour mission de travailler sur les mécanismes du choix du Président, du Premier Ministre, des membres du Gouvernement de transition et de soumettre des noms à l’Assemblée des signataires qui décidera. Les signataires ont mis plusieurs jours pour discuter des termes de référence de la Commission. «Les commissaires vont travailler pour développer les critères de choix du président, parmi les juges de la Cour de cassation, du Premier ministre et des membres du gouvernement de la transition. Ils vont ensuite proposer des noms pour les postes de Président et de Premier ministre. Les travaux seront remis à l’assemblée des signataires de l’accord de Marriott pour une décision finale», a fait savoir M. Zéphyr. Lemète Zéphyr a expliqué que, selon l’accord obtenu à Marriott, les commissaires pourront vérifier les travaux déjà réalisés par la commission de l’Alternative. «Ils pourront également analyser les dossiers d’autres juges de la Cour de cassation», indique-t-il. Les termes de référence de la commission ont monopolisé les débats entre les signataires, durant plusieurs jours. Les partis n’arrivaient pas à s’entendre sur l’idée que les commissaires puissent proposer des noms ou non, selon les révélations d’une source au Nouvelliste. Une fois cette étape franchie, ce vendredi, la Passerelle poursuivra les travaux avec les signataires. «Ce week-end, nous allons travailler sur la feuille de route du gouvernement de transition et la constitution de l’organe de contrôle de la transition», a souligné Lemète Zéphyr. Le porte-parole de la Passerelle a fait savoir, qu’à l’issue de la préparation de cette documentation, le plan global de la transition sera acheminé au président Jovenel Moïse. Les Membres de la Commission sont : Camille Fièvre (Alternative); Jean-Robert Bossé (Opposition institutionnelle); Génard Joseph («Mache kontre»); Victor Benoît (Bloc démocratique); Jean William Jeanty (Forum patriotique); Sabine Lamour (Société civile); Éric Balthazar (Société civile).

Emmanuel Saintus

Articles Similaires

Back to top button