acceuilActualitéEconomie & FinancesEducation & DéveloppementEn brefInsécurité & BanditismeJustice

Nouvelles en bref – Du 23 au 30 Juin 2019

Le dialogue d’Éric Jean-Baptiste

Le Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP) appelle à la formation d’un comité d’initiative pour un dialogue sur l’avenir du pays. Ce dialogue devrait inclure la participation des représentants de tous les secteurs de la vie nationale, souhaite le RDNP, dans une note datant du 16 juin 2019. La situation d’Haïti, émaillée de violences, s’est aggravée depuis la grande mobilisation du 9 juin 2019, constate le RDNP. Ce mouvement vise à réclamer le départ du président Jovenel Moïse du pouvoir, le jugement et l’arrestation de toutes les personnes impliquées dans la dilapidation des fonds PetroCaribe. Sans un procès PetroCaribe, le pays ne retrouvera pas la stabilité et la tranquillité nécessaires pour l’avancement et le progrès, souligne le RDNP, invitant tous les secteurs à se concerter, en vue de proposer une solution haïtienne à la crise.

Éric Jean-Baptiste, promis à la Primature

Le sénateur de l’Ouest, Antonio Chéramy, a fait savoir, ce mercredi 19 juin, que le président Jovenel Moïse, lors d’une rencontre secrète, a promis le poste de Premier ministre à Éric Jean-Baptiste, s’il arrivait à dissuader l’opposition politique dans sa quête pour le faire tomber. «Le président Jovenel Moïse a séjourné à plusieurs reprises en la résidence privée d’Éric Jean-Baptiste. Il a promis à ce dernier de le nommer au poste de Premier ministre, s’il arrivait à créer un désaccord au sein de l’opposition politique», révèle le sénateur Antonio Chéramy. Très remonté contre la récente position et les déclarations d’Éric Jean-Baptiste, le sénateur de l’opposition, Antonio Chéramy, dénonce l’attitude du Secrétaire général du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), et tenancier de borlette, très connu. D’après le parlementaire, Éric Jean-Baptiste a participé à la réunion des acteurs de l’opposition, dans l’ultime but de créer de la discorde. En effet, le propriétaire des maisons de «Père Éternel Lotto» a participé à une réunion des acteurs de l’opposition visant à mettre en place un plan post-Jovenel Moïse, réunion après laquelle, Éric Jean-Baptiste avait déclaré : «les membres de l’opposition ont dégagé un terrain d’entente pour accaparer le pouvoir et amnistier toutes les personnes qui sont indexées dans le rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif sur la dilapidation des fonds PetroCaribe». Le sénateur de l’opposition lance une mise en garde contre Éric Jean-Baptiste et rappelle à ce dernier qu’il ne peut être Premier ministre dans un tel contexte politique car, selon lui, le président Jovenel Moïse n’est pas de bonne foi pour participer à une sortie de crise.

Jean-Baptiste est un mauvais défenseur du pouvoir

«À aucun moment de la rencontre avec les dirigeants du RDNP, les membres de l’opposition n’ont évoqué une possible amnistie pour des personnes ayant participé au gaspillage des fonds vénézuéliens», rétorque le coordonnateur national du parti Ayiti An Aksyon (AAA). L’ancien président du Sénat de la République précise qu’une telle éventualité est impossible au regard des prescrits légaux. Selon Youri Latortue, Éric Jean-Baptiste est un lamentable défenseur du chef d’État, Jovenel Moïse. Il révèle à son tour que le secrétaire général a proposé, lors d’une rencontre, une sortie de crise avec le maintien de Jovenel Moïse au pouvoir. Youri Latortue s’insurge également contre des contradictions qui, selon lui, existent au sein du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes sur la manière de résoudre la crise dans laquelle est plongé le pays. Le sénateur Nènel Cassy, lui également, s’inscrit en faux contre les propos d’Éric Jean-Baptiste. Le parlementaire donne la garantie que lui et ses collègues ne feront aucune concession sur des questions comme la démission de Jovenel Moïse, la conférence nationale et le procès PetroCaribe. «La conférence nationale ne pourra se réaliser dans l’injustice, avec des criminels », a martelé le sénateur des Nippes, promettant l’adoption des dispositions adéquates pour aboutir à un procès.

D’amnistie: le bla-bla d’Éric Jean-Baptiste

Le secrétaire général du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Éric Jean-Baptiste, a fait d’importantes révélations sur les membres de l’opposition qui ne cessent de réclamer la tenue du procès PetroCaribe. Contrairement à ce qu’ils font croire dans les médias, depuis le lancement de la mobilisation contre le pouvoir en place, ils n’ont aucune volonté d’organiser le procès des fonds vénézuéliens, dénonce Éric Jean-Baptiste, lors d’une interview accordée à Radio Vision 2000. Selon M. Jean-Baptiste, des membres de l’opposition ont dégagé un terrain d’entente pour accaparer le pouvoir et amnistier toutes les personnes qui sont indexées dans le rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif sur la dilapidation des fonds PetroCaribe. Ils justifient cette démarche en vue de rendre le pays gouvernable, rapporte Monsieur Jean-Baptiste qui dit croire que le procès PetroCaribe est inévitable. «Si Jovenel Moïse démissionne, il sera exilé, il ne sera pas jugé. Le procès PetroCaribe n’aura pas lieu», indique le secrétaire général de RDNP, révélant ainsi le plan de l’opposition qui, dit-il, ne gère que ses intérêts mesquins. Selon Éric Jean-Baptiste, la question a été évoquée lors d’une rencontre politique organisée à l’Hôtel Royal Oasis, dans la soirée du lundi 17 juin dernier.

Des banques de borlette de Père Éternel Lotto attaquées

Des manifestants ont incendié, notamment à Lalue et au Bois-Verna, des banques de borlette «Père Éternel Lotto» appartenant à l’homme d’affaire, Éric Jean-Baptiste. Ces manifestants s’en prennent au candidat malheureux des dernières élections présidentielles, à cause de sa démarche visant à maintenir le chef de l’État, Jovenel Moïse, au pouvoir. Ces attaques arrivent environ 24 heures après la déclaration de l’homme d’affaire, Éric Jean-Baptiste, sur les ondes de Radio Vision 2000, où il a souligné que les opposants de Jovenel Moïse s’apprêteraient à donner amnistie générale à tous les dilapidateurs des fonds PetroCaribe, puisqu’ils sont tous impliqués dans ce dossier.

 

Jean-Charles Moïse est contre l’amnistie

Le leader de la plateforme Pitit Dessalines, Jean-Charles Moïse, se déclare contre toute tentative d’entamer un processus d’amnistie en faveur des personnes qui seraient impliquées dans la mauvaise gestion du Fonds PetroCaribe. L’ex-sénateur du nord reconnaît que l’affaire PetroCaribe est un dossier complexe. «Il s’agit de plus de 4 milliards de dollars américains détournés par certaines personnes. Donc, il s’agit d’un crime financier. Un montant qui aurait permis la construction des infrastructures de grande envergure dans diverses régions du pays », se plaint Jean-Charles Moïse. L’ex-maire de Milot dit déplorer certaines irrégularités enregistrées dans le rapport d’audit de la Cour et dans les deux rapports du Sénat, du fait qu’il y a des noms manquants. Il salue, toutefois, la vigilance de la population qui, selon lui, a identifié les présumés dilapidateurs du fonds PetroCaribe. Il dit croire que cet argent sera restitué. Moïse Jean-Charles dit craindre que le procès PetroCaribe ne nous conduise à refaire l’expérience du Procès de la Consolidation où toutes les personnes condamnées pour avoir détourné des fonds publics étaient devenus présidents d’Haïti.

 

Les PHTK aux abois

Des partisans et sympathisants du Parti Haïtien Tèt Kale ont annulé une manifestation annoncée pour le mardi 18 juin 2019, en appui au président Jovenel Moïse, dont plusieurs manifestantes et manifestants réclament la démission depuis la grande manifestation du dimanche 9 juin 2019, à travers Haïti, selon les informations. La manifestation pro-PHTK visait à exiger un procès impartial sur la gestion des fonds PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti, dossier de corruption dans lequel est indexé Jovenel Moïse, soupçonné, à travers sa firme «Agritrans», d’avoir utilisé « des stratagèmes de détournement de fonds », dans le rapport du 31 mai 2019 rendu public par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA). «Ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui, c’est la sérénité, la paix et l’union», déclare Jovenel Moïse, sur son compte twitter, se référant à la marche du mardi 18 juin 2019, annoncée par ses partisans, sympathisants et alliés. La marche a été finalement annulée, à cause des rumeurs laissant entendre qu’il y aurait un bain de sang, indiquent les militants et sympathisants de Jovenel Moïse.

 

Les proches du pouvoir dénoncent les manifestations violentes

Des organisations réunies au sein de la Fédération baptisée : «Fòs sitwayen nò», condamnent les actes de vandalisme et de banditisme perpétrés sur des personnes et des biens, lors des récentes manifestations dans le pays. Dans le cadre d’une conférence de presse organisée le mercredi 19 juin 2019, au Cap-Haïtien, dans le département du Nord d’Haïti, les responsables de cette fédération d’organisations sociopolitiques demandent à toutes les victimes, qu’importe leur origine, de porter plainte en vue d’obtenir justice et réparation. Ces nordistes pro-gouvernementaux voient dans le comportement des membres de l’opposition, organisateurs des dernières manifestations émaillées de violences, une manière de faire obstacle au procès PetroCaribe.» Ils se débattent pour se protéger et pour protéger les intérêts de leurs corrupteurs, ces opposants corrompus », a martelé le porte-parole de « fòs sitwayen nò », Délius Vécius.

 

L’avocat du RNDP démissionne

À la suite des diverses déclarations publiques d’Éric Jean-Baptiste, le Secrétaire général du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Me Jean Ronel Sistanis, l’avocat du RDNP, a remis sa démission comme membre du Parti.

 

Joseph Lambert demande une trêve

«J’ai beaucoup apprécié la trêve observée par les Petrochallengers qui ont facilité la 25ème édition de “Livre en Folie”. Je souhaite vivement qu’ils en fassent autant pour les examens d’État. Les enfants ont besoin de l’encadrement et de la protection de tous, » a déclaré le Sénateur Joseph Lambert, sur son compte Twitter.

 Corruption: Condamnation

L’avocat américain Lelling, AAG Benczkowski et le SAC Bonavolonta du FBI Boston ont annoncé que le 20 juin 2019, un jury fédéral à Boston a condamné un colonel à la retraite de l’armée américaine et le Président Directeur Général d’une société d’investissement pour conspiration en vue de corrompre des hauts fonctionnaires de la République d’Haïti, dans le cadre d’un projet d’infrastructures en Haïti. Joseph Baptiste, 64 ans, de Fulton, Maryland, et Roger Richard Boncy, un homme d’affaire de 74 ans, citoyen américano-haïtien résidant à Madrid (Espagne), inculpé en octobre 2018 ont été déclarés coupables de complot, en vue de violer le « Travel Act et le Foreign Corrupt Practices Act». Baptiste a également été reconnu coupable d’un chef de violation de la loi sur les voyages et d’un chef de complot de blanchiment d’argent. La juge Allison D. Burroughs de la Cour de district américaine a programmé la sentence pour le 12 septembre 2019.

Altidor Jean Hervé

Articles Similaires

Back to top button